Changement d’heure : mais ça devait pas être fini ?

Cela fait 50 ans que cette mesure est en vigueur dans l’U­nion Européenne. Il y a deux ans, la Com­mis­sion européenne avait pro­posé de l’abolir au print­emps 2021. Mais deux prob­lèmes ont sur­gi : 

L’har­mon­i­sa­tion des change­ments d’heure

Il faut que tous les pays har­monisent leurs horaires, pour lim­iter les prob­lèmes des com­pag­nies aéri­ennes ou des trains. Il faut donc tranch­er entre l’heure d’hiv­er et l’heure d’été pour faciliter les échanges sur le marché intérieur. En effet, avec la fin du change­ment d’heure saison­nier, l’amplitude pour­rait grimper à trois heures selon les choix de cha­cun. Dès lors, une déci­sion s’im­po­sait au niveau européen, mais… 

Le coro­n­avirus a retardé (sic) la prise de déci­sions

Claire­ment, le change­ment d’heure n’est plus la pri­or­ité de l’U­nion Européenne. “Pour l’instant la fin du change­ment d’heure n’est pas d’actualité dans l’agenda du Con­seil”, con­firme l’eu­rodéputée EELV à l’o­rig­ine de la réso­lu­tion, Kari­ma Del­li. “Je pense que cela va être un peu com­pro­mis pour 2021. D’autant que ce n’est pas l’urgence”, con­fie-t-elle dans les colonnes de Sud-Ouest. Et pour­tant, le temps presse : la France, comme le Por­tu­gal, l’Ir­lande et la Pologne devrait chang­er d’heure pour la dernière fois en mars. La Fin­lande, le Dane­mark ou encore les Pays-Bas, en octo­bre 2021. 

Et en France ? 

Une large majorité (80 %) veu­lent en finir avec cette con­trainte, si pos­si­ble (à 59 %) en restant à l’heure d’été. Si tous les sci­en­tifiques sont d’ac­cord pour dire que l’ar­rêt du change­ment d’heure sera béné­fique pour la san­té, dif­fi­cile de déter­min­er si l’heure d’été ou l’heure d’hiv­er sera le mieux pour notre som­meil. 

Les autres infos