Conseil de défense : communiqué de Gaël Perdriau

” Aujourd’hui s’est tenu un nou­veau con­seil de défense, autour du prési­dent de la République, con­sacré à la crise du Covid-19. De son côté, le pre­mier Min­istre a engagé un large tour d’horizon avec les représen­tants des organ­i­sa­tions patronales et des syn­di­cats de salariés avant de ren­con­tr­er les respon­s­ables des par­tis poli­tiques.

A la veille d’un nou­veau con­seil de défense qui sera tenu demain, il est nor­mal de se deman­der quelles nou­velles mesures seront sans doute annon­cées dans la foulée. Force est de con­stater que depuis le début de la sec­onde vague de la pandémie qui touche la France, à l’image du reste du monde, le gou­verne­ment présente des mesures à un rythme soutenu, ne respec­tant pas le principe admis par la com­mu­nauté sci­en­tifique des trois semaines néces­saires à une éval­u­a­tion rigoureuse de leur impact per­me­t­tant d’en mesur­er la réelle effi­cac­ité. Il en découle que pour un nom­bre sans cesse crois­sant de nos com­pa­tri­otes ces mesures appa­rais­sent comme inco­hérentes alors qu’elles sont cen­sées éviter le recon­fine­ment, pour­tant demandé par une très grande par­tie de la com­mu­nauté sci­en­tifique. Des mesures pro­duisant aus­si l’impression détestable d’une fuite en avant face à une vague de plus en plus dif­fi­cile­ment maîtris­able.

La crise pandémique demande que le prési­dent de la République et son gou­verne­ment impulsent des mesures san­i­taires en cohérence avec celles pris­es aupar­a­vant et dont la rigueur ne doit plus souf­frir la moin­dre con­tes­ta­tion sci­en­tifique, faute de quoi le fos­sé de l’incompréhension entre eux et la Nation ne cessera de se creuser ren­dant de plus en plus dif­fi­cile le respect de con­signes san­i­taires trop sou­vent perçues comme inco­hérentes voire injustes.

Plus que jamais, alors même que nos hôpi­taux sont d’ores-et-déjà en ten­sion et à la lim­ite de la sat­u­ra­tion, la pro­tec­tion san­i­taire de la pop­u­la­tion doit guider les choix de l’exécutif afin que les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, en coor­di­na­tion avec les pré­fec­tures, dont nous devons saluer l’engagement, puis­sent appli­quer les décli­naisons opéra­tionnelles qui seront arrêtées par le gou­verne­ment.”

Les autres infos