Des dîners clandestins organisés par un petit-fils d’Appelouse ?

Dans le 19h45 de M6, un reportage montrait un des dîners clandestins à Paris, sans masque ni gestes barrières en pleine pandémie. De manière anonyme, l’organisateur a alors expliqué : “J’ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont soi-disant des restos clandestins, avec un certain nombre de ministres.” Cette homme serait Pierre-Jean Chalençon, dont la grand-mère est originaire de Firminy.

Un passe-droit pour les élites ?

La séquence montrant ce dîner clandestin a été vivement commentée sur les réseaux sociaux, par des internautes et des personnalités publiques, qui fustigent le passe-droit dont pourraient bénéficier les élites. Et la vidéo fait d’autant plus réagir, en cette période de pandémie, que les restaurateurs ont été forcés de fermer leurs portes, dans toute la France, en octobre 2020. Et la loi est claire sur ce point : celui ou celle qui enfreindrait cette règle en participant à ces dîners clandestins se verrait forcé à payer une amende de 135 euros.

Des vidéos de Pierre-Jean Chalençon

Libération et Arrêt sur Images avaient identifié l’organisateur de ces soirées mondaines. En la personne du propriétaire du “Palais Vivienne”, célèbre grâce à l’émission Affaire Conclue. Il avait déjà évoqué l’organisation de ces dîners. En février, dans une vidéo, il affirmait que Gabriel Attal devait “venir dîner prochainement”. En réponse, le porte-parole du gouvernement a fait savoir qu’il ne le connaissait pas et qu’il avait “découvert cet extrait ce (dimanche) soir sur Twitter avec beaucoup d’étonnement”.

Ce dimanche, il se reconnaît donc implicitement comme étant la source du mystérieux reportage de M6. C’est alors que suite à la diffusion de ce reportage, à travers un communiqué,  qu’il a plaidé qu’il faisait seulement de «l’humour» et maniait «le sens de l’absurde», quand il avait assuré que des ministres participaient à de tels repas.

L’avertissement de Marlène Schiappa contre ces dîners clandestins

“Si d’aventure, il y avait des ministres ou des députés qui auraient enfreint les règles, et bien, il faut qu’ils aient des amendes et qu’ils soient pénalisés comme chaque citoyen”, a estimé Marlène Schiappa, avant de qualifier “d’obscurantistes” les participants à ce type de rendez-vous.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, s’est dit “convaincu” qu’aucun ministre n’aurait pu participer à ce type de festivités. “Il n’y a de passe-droits pour personne”, a-t-il rappelé, avant d’ajouter : “je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres.”

Une procédure judiciaire lancée contre ces dîners clandestins

De son côté, à la suite du reportage diffusé par M6, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin explique, via son compte Twitter, qu’il a “demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l’exactitude des faits rapportés afin, s’ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins”. Demande entendue. Dimanche soir, la préfecture a en effet annoncé avoir ouvert une enquête pour “identifier tous les organisateurs et les participants à ces soirées clandestines qui se tiennent au mépris des restrictions sanitaires en vigueur”.

A Saint-Etienne, un tripot clandestin avait déjà été obligé de fermer.

Photo : Source Wikipedia

Les autres infos
Les autres infos