Freda : un film poignant d’une rare intelligence

« Freda » est un film haïtien, tourné essentiellement en créole, réalisé par l’actrice, chanteuse et écrivaine Gessica Geneus. Il s’agit de son premier long métrage de fiction. Il raconte la vie de Freda, jeune femme d’un quartier populaire de Port-au-Prince.

 

Survivre ou partir

Alors qu’Esther, la soeur de Freda, se blanchit la peau afin de dégoter le prince charmant et que  leur frère Moïse s’apprête déjà à quitter le pays, leur mère, Janette, fait vivre toute la famille avec sa petite boutique de rue. Si les multiples difficultés rencontrées à Haïti poussent chacun à se demander s’il faut partir ou rester, Freda, elle, veut croire en l’avenir de son pays.

 

Entre théâtre filmé et reportage

Le film alterne des images violentes de manifestations réelles avec des prises de vue frontales des personnages principaux devant la boutique familiale. Cette dualité se retrouve dans l’opposition entre les scènes de fêtes vaudoues de rue et les chants liturgiques au temple protestant ou encore entre le matriarcat ancestral exercé par Janette et le machisme contemporain pratiqué sur Esther par son mari.

 

 

Des nuances de gris

Mais à mesure du déroulé du film, les dualités s’estompent et la réalisatrice montre avec intelligence qu’en raison de l’urgence dans laquelle se trouve le pays, rien n’est tout blanc, ni tout noir. En effet, des nuances de gris apparaissent chaque fois que la lutte s’avère nécessaire pour survivre. Le film ne prend donc pas parti, même si Freda (l’alter ego de la réalisatrice) juge sévèrement Esther quand celle-ci n’hésite pas à user de ses charmes pour séduire un homme afin de fuir avec lui.

 

Un film pas ordinaire

Gessica Geneus explore les failles et les contradictions des personnages, évitant ainsi la simple illustration ethno-sociologique. Il est donc impossible d’avoir un avis tranché sur eux, en particulier sur Janette, après le long plan final, très émouvant, de son visage meurtri. Un film pas ordinaire et très intéressant à voir alternativement au Méliès Jean Jaurès et Saint-Francois.

Par Richard Clermont

Les autres infos
Les autres infos