Gaël Perdriau demande à Jean Castex une ouver­ture dominicale

Gaël Perdriau a adres­sé, ce jour, un cour­rier au pre­mier Ministre Jean Castex, l’interpellant sur la situa­tion inquié­tante des com­merces de proxi­mi­té, l’encourageant à prendre les mesures néces­saires et ain­si à per­mettre une ouver­ture domi­ni­cale pour le mois de janvier.

Témoin des consé­quences désas­treuses qu’ont eu les mesures gou­ver­ne­men­tales sur la péren­ni­té et l’activité des com­merces de proxi­mi­té, Gaël Perdriau avait déjà, à deux reprises, par­ta­gé ses inquié­tudes avec le pre­mier Ministre, lui fai­sant part de l’urgence de la situa­tion dans un cour­rier daté du 30 octobre der­nier puis à l’occasion de sa venue à Saint-Etienne. 

Longuement fer­més, les com­merces qua­li­fiés de « non essen­tiels » par le gou­ver­ne­ment peinent à retrou­ver les résul­tats d’avant confi­ne­ment. Face à ce constat, le maire de Saint-Etienne sol­li­cite une réac­tion rapide et adap­tée de la part du pre­mier Ministre «Je sou­haite dès lors sou­te­nir, comme mesure urgente et recueillant un très large sou­tien, le renou­vel­le­ment de la pro­cé­dure déro­ga­toire col­lec­tive pré­vue en novembre et en décembre pour per­mettre l’ouverture des com­merces le dési­rant tous les dimanches de jan­vier 2021.

” Elle s’inscrirait dans la logique du report des soldes d’hiver, demande sou­te­nue par les com­mer­çants, au mer­cre­di 20 jan­vier prochain.”

En décembre 2019, la ville de Saint-Etienne avait voté la pos­si­bi­li­té pour les com­mer­çants d’ouvrir 12 dimanches dans l’année, soit le maxi­mum auto­ri­sé par la loi. Cette mesure a per­mis aux com­mer­çants sté­pha­nois d’accueillir leurs clients les dimanches 29 novembre, 6, 13, 20 et 27 décembre derniers.

Face à la crise sani­taire, Gaël Perdriau a acti­ve­ment sou­te­nu les com­merces de proxi­mi­té, il explique « Les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et en par­ti­cu­lier les com­munes, en pre­mière ligne des dif­fi­cul­tés ren­con­trées dans les ter­ri­toires et en prise directe avec ses réa­li­tés, ont ces der­niers mois consa­cré de nom­breuses res­sources à la pré­ser­va­tion de leur com­merce de proximité.

Pour cela, elles ont pu asso­cier les asso­cia­tions de com­mer­çants ou les chambres consu­laires. 

La Ville de Saint-Etienne a par exemple lan­cé, le 20 novembre, en lien avec l’ensemble des acteurs du déve­lop­pe­ment éco­no­mique du ter­ri­toire, une pla­te­forme de e‑commerce en sou­tien au com­merce local inti­tu­lée « Mon Shopping à Saint-Etienne », per­met­tant aux com­mer­çants de pra­ti­quer la vente en ligne ; elle se dote­ra dès le mois de jan­vier en com­plé­ment de plu­sieurs consignes ins­tal­lées dans des endroits stra­té­giques pour faci­li­ter la livrai­son de ces ventes effec­tuées en ligne.

L’Etat doit par consé­quent être à la hau­teur des défis qui menacent le com­merce, et être à l’écoute des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et des pro­fes­sion­nels du sec­teur. 

Son rôle doit être d’encourager l’activité com­mer­ciale, seul levier pour retrou­ver un niveau de consom­ma­tion de nature à enclen­cher une reprise de notre acti­vi­té économique. »

Communiqué de la ville de Saint-Etienne.

Les autres infos