Insécurité à Saint-Etienne, Gaël Perdriau inter­pelle la pré­fète de la Loire, lire la lettre

Problèmes d’in­sé­cu­ri­té à Côte Chaude : Gaël Perdriau demande à la pré­fète de la Loire, d’or­ga­ni­ser rapi­de­ment une réunion avec l’en­semble des acteurs concer­nés 

Comme il s’y est enga­gé same­di lors de la ren­contre avec les habi­tants de Côte-Chaude, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, pré­sident de Saint-Etienne Métropole vient d’a­dres­ser un cour­rier à madame la pré­fète de la Loire, Catherine Seguin, concer­nant les pro­blèmes d’in­sé­cu­ri­té récur­rents sur le quar­tier et pour les­quels des réponses concrètes sont attendues.

Dans cette lettre, Gaël Perdriau rap­pelle à la pré­fète de la Loire que les habi­tants du quar­tier de Côté Chaude constatent, jour après jour, une dégra­da­tion de la qua­li­té de vie dans leur quar­tier due à la pré­sence de nom­breuses per­sonnes se livrant à des tra­fics de toute nature. Cette acti­vi­té s’accompagne, bien sou­vent, d’incivilités des­ti­nées à «cou­vrir» les acti­vi­tés liées à ces tra­fics.

La ville de Saint-Etienne déploie, depuis des années, d’importants moyens, notam­ment en ce qui concerne l’éducation popu­laire, afin de pro­po­ser, aux jeunes, une gamme com­plète d’activités leur per­met­tant de se tenir éloi­gnés de ces tra­fics. Par ailleurs, nous avons inves­ti dans la ges­tion de la qua­li­té de l’espace public et avons ren­for­cé la pré­sence de la police muni­ci­pale, tota­le­ment inves­tie dans ses mis­sions des­ti­nées à assu­rer la tran­quilli­té publique.

Ainsi, notre com­mune répond à la fois sur le volet de la tran­quilli­té publique, de la ges­tion de l’espace urbain et de l’accompagnement social des habi­tants du quar­tier et plus spé­cia­le­ment sur celui des jeunes.

 

Les 100 poli­ciers pro­mis n’ont tou­jours pas gagné la Loire

 

Le maire de Saint-Etienne aborde ensuite les ques­tions liées à la  sécu­ri­té publique, mis­sion réga­lienne de l’Etat :

L’action de la police natio­nale a été aus­si ren­for­cée et on ne peut que saluer la qua­li­té du tra­vail réa­li­sé par l’ensemble des forces de l’ordre concer­nées par ces missions.

Il est impor­tant de rap­pe­ler que le ministre de l’Intérieur avait, en 2016, pro­mis que notre ville béné­fi­cie­rait de moyens humains ren­for­cés avec l’accroissement des effec­tifs. Force est de consta­ter que 5 ans plus tard, les 100 poli­ciers pro­mis n’ont tou­jours pas gagné la Loire et que la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) est loin de répondre aux attentes pla­cées en elle.

Nous connais­sons tous votre enga­ge­ment pour que les mis­sions réga­liennes de l’Etat soient rem­plies avec rigueur, néan­moins, les habi­tants du quar­tier ont expri­mé, le 23 jan­vier der­nier, leur refus de voir la situa­tion per­du­rer à Côte Chaude. J’ai sou­hai­té, afin de témoi­gner de tout mon sou­tien, m’associer à cette mani­fes­ta­tion citoyenne au cours de laquelle des «cahiers de doléances» ont per­mis de recueillir, grâce au tra­vail du col­lec­tif orga­ni­sant la mani­fes­ta­tion, l’étendue des attentes des habi­tants. Permettez-moi de saluer le sens des res­pon­sa­bi­li­tés et la très grande rigueur de ce col­lec­tif qui ins­crit sa démarche dans une approche construc­tive afin que l’ensemble du quar­tier puisse retrou­ver la qua­li­té de vie le caractérisant.

Et de deman­der, en conclu­sion, à la pré­fète de la Loire “une réunion avec l’ensemble des acteurs concer­nés par la situa­tion à Côté Chaude, je pense, tout natu­rel­le­ment, à l’ensemble des ser­vices de l’Etat pla­cés sous votre auto­ri­té, le pro­cu­reur de la République, aux repré­sen­tants du col­lec­tif des habi­tants sans oublier, bien enten­du, les élus concer­nés tant au niveau de la ville de Saint-Etienne, le dépu­té de la cir­cons­crip­tion ain­si que les conseillers départementaux (…)”

 

Les autres infos