La chronique de Martial : ce que personne n’ose dire tout haut

On pense à votre place. Faites comme ci, faites comme ça. Por­tez un masque. N’en por­tez pas. En fait, si por­tez-en. Les forces de l’ordre inter­pellent des femmes qui font du topless sur la plage mais font marche arrière quand elles se font caillas­ser dans les cités.

Ne regar­dez sur­tout pas les films de Polans­ki qui a vio­lé une femme, mais don­nez un César à Ladj Ly qui a été condam­né à de la pri­son pour enlè­ve­ment et séques­tra­tion. Cen­su­rez des seins sur les réseaux sociaux mais lais­sez les enfants jouer à des jeux vidéos vio­lents toute la jour­née.

Allez en pri­son pour avoir détour­né de l’argent mais n’ou­bliez pas de voter pour des poli­ti­ciens cor­rom­pus qui eux n’y met­tront jamais les pieds. Dépen­sez des for­tunes dans des grilles avec des pics au sol pour que les sans-abris ne squattent pas plu­tôt que de trou­ver des solu­tions pour les aider à ne plus avoir à squat­ter.

Lais­sez la grande dis­tri­bu­tion jeter des tonnes de nour­ri­ture encore comes­tibles plu­tôt que de les dis­tri­buer à ceux qui crèvent de faim. Mili­tez pour la cause des femmes et l’é­ga­li­té des sexes, mais enga­gez des hôtesses pour faire les potiches dans des salons de voi­tures. Allez faire vos courses et ne payez pas le par­king de l’hy­per­mar­ché, c’est gra­tuit !

Allez en urgence à l’hô­pi­tal et garez-vous au par­king, c’est payant ! Payez une rede­vance télé­vi­suelle même si vous n’a­vez pas la télé­vi­sion. Vous gagniez un SMIC plus des primes et vous avez per­du votre emploi ? Vous paye­rez des impôts sur ces primes, mais ces mêmes primes ne comp­te­ront pas pour vos allo­ca­tions chô­mage. Com­met­tez un crime et faites-vous pas­ser pour fou, vous n’i­rez pas en pri­son. Vous vou­lez pas­ser aux voi­tures élec­triques et sup­pri­mer les cen­trales nucléaires.…… Com­ment est-ce pos­sible ?

Man­gez cinq fruits et légumes par jour pour être en bonne san­té, mais deve­nez dia­bé­tique et can­cé­reux en ingur­gi­tant des ali­ments trans­for­més. Faites venir les migrants chez nous après avoir sur­ex­ploi­té les res­sources de leurs pays. Quoi­qu’on fasse on traîne un bou­let à nos pieds. La liber­té est illu­soire. Et pen­dant qu’on pense à notre place, nous on panse nos plaies.

Mar­tial Moss­mann

Les autres infos