Le bricolage : l’un des secteurs qui tirent bénéfices de la crise sanitaire

Si certains secteurs doivent lutter pour ne pas céder face à la crise sanitaire actuelle, d’autres bénéficient de la situation. Tel est le cas du secteur du bricolage.

Le bricolage, quelques fois une nécessité mais souvent un plaisir

Les faits sont à tout à fait appréciables car nous avons tous été contraints à un moment ou à un autre, pour un motif aussi négligeable soit-il, de devoir réparer ou rénover quelque chose soi-même. Il ne s’agit d’ailleurs pas toujours d’une contrainte. De nombreuses études montrent que les Français aiment bricoler. D’ailleurs, selon les chiffres de Newsroom Publicis Media,  44% d’entre nous bricolent au moins une fois par mois.

Les Français préfèrent réaliser certains travaux eux-mêmes

Les Français sont l’exemple pur et simple de ce fameux adage qui dit : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même ». L’étude réalisée par Version Femina, nous permet d’identifier les trois types de travaux que les Français préfèrent réaliser eux-mêmes. En première place : la peinture, puis lui succèdent la décoration et la tapisserie, suivies de près par le jardinage. Ne font cependant pas partie de cette liste : la menuiserie, la charpente, etc, soient tous les travaux qui n’ont pas réellement de dimension esthétique.

Les autres infos
Les autres infos