Les salles de sport : coupable innocente de la lutte contre la Covid-19 ?

Le cou­pe­ret est tom­bé : les salles de sport doivent fer­mer dans les zones d’alerte ren­for­cée. Mais cette fois, elles ne comptent pas se lais­ser faire. Cette mesure concerne envi­ron 4 500 clubs dont ceux de Saint-Etienne. 

Les salles de sport : res­pon­sables de la seconde vague ? 

Per­sonne ne l’avait vu venir : les salles de sport ferment pour 15 jours. Aucune concer­ta­tion. Et la déci­sion est dif­fi­cile à entendre et à accep­ter. D’où la colère de cer­taines enseignes. 

🔸 La fer­me­ture de cer­tains éta­blis­se­ments dans les zones d’a­lerte maxi­male et ren­for­cée, dont les salles de sport, a été…

Publiée par Basic-Fit sur Ven­dre­di 25 sep­tembre 2020

[ Mobi­li­sez-vous, avec nous ! 🤜🤛 ]Vous le savez, le gou­ver­ne­ment a évo­qué hier la fer­me­ture de plu­sieurs…

Publiée par Fit­ness Park sur Jeu­di 24 sep­tembre 2020

 

En revanche, d’autres sont rési­gnés : https://www.facebook.com/LAppartFitnessOfficiel/posts/2720844084836446

Ou encore de cer­tains you­tu­beurs fit­ness, qui sont pro­prié­taires de salles, comme Nas­sim Sahi­li, qui explique la situa­tion dans une vidéo publiée jeu­di : https://www.youtube.com/watch?v=e8N7RWdyW34

Leur argu­ment : pas ou peu de conta­mi­na­tion

Le délé­gué géné­ral de l’Union Sport & Cycle évoque 207 cas recen­sés sur 27 mil­lions de pas­sages depuis le 1er août sur RTL ce ven­dre­di matin. Pour Fit­ness Park, seule­ment 63 cas sur 7 mil­lions de pas­sages en 3 mois et aucun clus­ter de détec­té.

Le PDG de la même chaîne évoque l’importance du sport pour ren­for­cer son immu­ni­té. Tout comme Basic-fit. Par­lons aus­si de l’obésité, cas de comor­bi­di­té de la Covid-19. Nous n’irons pas jusqu’à dire que chaque adhé­rent devien­dra obèse après 15 jours de fer­me­ture, mais le mes­sage n’est pas le bon.

Un enjeu de l’économie fran­çaise

Les salles de sport repré­sentent 2 mil­liards d’euros de chiffre d’affaires en France. 5000 pas de porte risquent la faillite avant la fin de l’année. Avec des risques sociaux très impor­tants. Le sec­teur emploie 50 000 per­sonnes.

Comme le dit Nas­sim Sahi­li, les adhé­rents vont se remettre de la fer­me­ture de leur salle, main­te­nant, ceux qui en vivent, le pour­ront-ils ?

Mais qu’ont fait les salles de sport pour méri­ter ça ? Peut-être une mau­vaise répu­ta­tion , for­cé­ment du côté de l’hygiène et de l’ambiance « beauf » qui s’en dégage encore, même si elles ont bien évo­lué depuis l’essor du fit­ness ces quelques années. D’autant que les fer­mer dans le cadre des mesures Covid-19 risquent encore de réaf­fir­mer l’incapacité des salles de sport à res­pec­ter les règles d’hygiène et contri­buer à leur faire de la mau­vaise pub.

Peut-être que le pro­to­cole n’a pas tou­jours été appli­qué cor­rec­te­ment et stric­te­ment ? Mais il en est de même dans n’importe quel lieu… ont-ils droit au même trai­te­ment ?

En outre, la concur­rence qui fait rage entre les chaînes de salle de sport rend dif­fi­cile une com­mu­ni­ca­tion à une seule voix, dans ce genre de cas, contrai­re­ment aux bars, dont le syn­di­cat est hyper puis­sant. Leur situa­tion est aus­si très dif­fé­rente : si les grands groupes ont pu négo­cier avec leur bailleur, les petites salles de sport indé­pen­dantes n’ont pas la même force de frappe.

Chloé DUFOUR

 

Les autres infos