M6 : Les sourds et muets, le CSA et les films érotiques

Nicolas de Tavernost, patron de M6, se livre dans une grande inter­view dans Le Point. A l’oc­ca­sion, il livre une anec­dote crous­tillante sur les cou­lisses de la pro­duc­tion de films éro­tiques par M6.

Il faut remon­ter il y 25 ans, à la fin des années 90. A l’é­poque, pour res­pec­ter ses quo­tas, M6 pro­duit des télé­films ins­pi­rés du film Emmanuelle. Par com­mo­di­té tech­nique, les acteurs avait été dou­blés. Le CSA a alors atta­qué M6, pen­sant qu’il s’a­gis­sait de films étran­gers. Pour s’en assu­rer, ce sont alors des sourds et muets à qui le CSA a deman­dé de vision­ner les films : l’ob­jec­tif étant de déter­mi­ner si les acteurs par­laient bien le français.

Finalement, le CSA a déci­dé de requa­li­fier ses télé­films. Nicolas de Tavernost attaque cette déci­sion devant le Conseil d’Etat. Il explique la suite de l’Histoire : ” Et un an et demi après, à ma stu­pé­fac­tion, je gagne! “. Il com­pren­dra après, en croi­sant Marc Lambron, sié­geant au conten­tieux du Conseil d’Etat : “Vous savez que je vous ai sau­vé la mise? C’est moi qui me suis occu­pé de vos télé­films… Je les ai tous vision­nés. Ça m’a tel­le­ment éner­vé que le CSA se mêle de ça et fasse venir des sourds-muets que j’ai consi­dé­ré que les comé­diens qu’on voyait de dos par­laient français! » 

De Tavernost conclue que les rela­tions avec le CSA se sont déten­dues depuis quelques années.

Les autres infos