Saint-Etienne : Brain Damage et Harrison Stafford le 21 Oct.

A la salle du Clapier.

Tous deux originaires de Jamaïque, ils aiment métisser leurs musiques, en témoigne la fusion du jazz et des musiques traditionnelles jamaïcaines.

Cela fait 20 ans que chacun fait de la musique sans vraiment se rencontrer. Ils bousculent les codes des sons tout en respectant leur musique d’origine, le dub et le reggae. Et puis vient le moment de la rencontre des deux hommes.

Brain Damage : Considéré comme l’un des fondateurs de la scène dub en France

De cette rencontre inattendue naîtra donc l’album « Libération Time », qui ravira bon nombre d’amateurs des travaux des deux artistes. A la voix, Harrison et à l’écriture et à la production, Brain Damage.
Brain Damage : Considéré comme l’un des fondateurs de la scène dub en France, il y crée dès 1999 le premier live machine du genre et établit rapidement des connections avec certains des maîtres du style en Angleterre (Zion Train, Alpha & Omega, The Disciples). En 2002 et 2004, accompagné du bassiste Raphaël Talis, il produit ses deux premiers albums sur le mythique label parisien Hammerbass, avant de rejoindre en 2006 l’écurie Jarring Effects pour une trilogie expérimentale et conceptuelle réalisée en collaboration avec une pléiade d’artistes internationaux (Black Sifichi, Mark Stewart, Hakim Bey).

Harrison Stafford : Harrison Todd Stafford est né le 26 novembre 1977 et a grandi à Pleasanton, une ville de la banlieue est de San Francisco aux Etats-Unis. Il fréquente l’école publique mais aussi la synagogue où il étudie la Torah et apprend l’hébreu. La musique tient également une place particulière dans sa famille : son père est pianiste de jazz et son frère passe son temps à écouter Bob Marley et Peter Tosh. Harrison Stafford développe très jeune une passion pour le rastafarisme, les rythmes et la culture de la diaspora africaine. Il découvre la Jamaïque à l’adolescence et rencontre l’un des piliers du mouvement rasta, Mortimer Planno. Après le lycée, Harrison Stafford étudie le jazz à la Sonoma State University où il fait la connaissance de Marcus Urani et de Ryan Newman. Ensemble, ils forment le groupe de fusion reggae Groundation en 1998.

Brain Damage, Harrison Stafford – Liberation Time


Avec les deux autres membres fondateurs de Groundation, il enregistre Rockamovya en 2008, En 2012, Groundation publie un septième album, Building an Ark tandis que Professor sort Throw Down Your Arms, album live qui reprend la structure de Madness. On le retrouve en solo quatre ans plus tard pour l’album One Dance, du moins pour la forme, car il est entouré des musiciens qui l’accompagnent pour son projet parallèle, Professor. Toute l’équipe s’est offert pour l’occasion un pèlerinage en Jamaïque et en est revenu avec ce témoignage ensoleillé et technique.