900 sup­por­ters nîmois à Geoffroy-Guichard dimanche

Le pré­fet n’avait auto­ri­sé que 500 per­sonnes, fina­le­ment ils seront plus.

Les sup­por­ters Nîmois avaient pré­ve­nu « Même si la limite était de 500 places, on vien­dra avec beau­coup plus de monde, on ne veut pas entendre cette déci­sion ridi­cule de la pré­fec­ture de la Loire. Il n’y a aucun conten­tieux entre l’équipe de Saint-Etienne et nous » annonce un supporter.

Ils ont obte­nu gain de cause, le Préfet, Evence Richard, a assou­pli sa déci­sion. Ils seront donc 900 à être auto­ri­sés dans la tri­bune des visi­teurs pour le match de dimanche à Saint-Etienne. Les sup­por­ters sté­pha­nois avaient mani­fes­té leur sou­tien. Gérard, sup­por­ter Stéphanois inter­ro­gé par 42info.fr nous explique « Le pré­fet n’a pas l’air d’aimer le foot. Ce n’est pas la pre­mière fois qu’il nous fait le coup. Il prend sou­vent ce genre de déci­sion. Autant du côté des visi­teurs que du côté stéphanois ».

Les sup­por­ters ne com­prennent pas

Pour Delphine, qui sup­porte les Verts depuis de nom­breuses années, c’est « l’incompréhension sur ce genre de situa­tion qui n’est pas nou­veau. C’est une véri­table atteinte à la liber­té de cir­cu­la­tion et à la liber­té d’expression. Les Nîmois n’ont pas de pro­blème avec Saint-Etienne. Les pou­voirs publics pré­fèrent punir des groupes entiers plu­tôt que les rares fau­teurs de troubles lorsqu’il y des soucis. »

En France depuis 2006 il est désor­mais pos­sible d’interdire à une per­sonne l’accès au stade sans pas­ser par la case tri­bu­nal. L’IAS est une mesure admi­nis­tra­tive prise par le préfet.

Elle prend la forme d’un arrê­té. Selon les auto­ri­tés ce n’est pas une sanc­tion au sens strict, mais une mesure soi-disant de pré­ven­tion. Une per­sonne peut être inter­dite admi­nis­tra­ti­ve­ment de stade même si elle n’a jamais été condam­née par la justice.

L’interdiction peut éga­le­ment obli­ger la per­sonne à poin­ter au com­mis­sa­riat ou à la gen­dar­me­rie lors des matchs qui lui sont inter­dits. La pré­sen­ta­tion auprès des forces de l’ordre peut aus­si être obli­ga­toire lors de cer­tains matchs se jouant à l’étranger.

Rendez-vous dimanche pour le 32ème de finale de la coupe de France au stade Geoffroy-Guichard à 14h15.

Les autres infos