ASSE — Nîmes: 2 — 0

Pourquoi il ne faut rete­nir que la qua­li­fi­ca­tion face à Nîmes.

 

Les laté­raux en des­sous de tout

A Guingamp, et sans qu’on com­prenne encore pour­quoi, le tan­dem Gasset-Sablé avait déci­dé d’aligner Gabriel Silva à droite. Pour un résul­tat tel­le­ment peu concluant que le Brésilien avait été repla­cé à gauche en seconde période. Déjà limite depuis le début de sai­son, y com­pris quand il évo­lue sur le flanc gauche, Silva a de nou­veau été titu­la­ri­sé contre Nîmes sur le côté droit. Pour une pre­mière période toute aus­si conster­nante. Aucun appel en pro­fon­deur, contrôles ratés, le Brésilien a une fois de plus affi­ché ses limites. Et comme MBengue, sur la gauche, n’est guère meilleur, le jeu offen­sif de l’ASSE, déjà si pauvre, n’offre aucune pos­si­bi­li­té sur les ailes. Logique, dès lors, d’attendre la 41e minute pour assis­ter à la pre­mière occa­sion (Diony) d’une équipe qui évo­luait depuis la 12e minute en supé­rio­ri­té numé­rique. La seconde période, face à des adver­saires logi­que­ment fati­gués, a offert un léger mieux. Mais il fau­drait que les diri­geants se penchent vite sur cette réelle défaillance. Qui dure depuis des mois.

Un défi­cit tech­nique ahurissant

Avant la trêve, il était fré­quent de voir les Verts inca­pables d’aligner deux passes consé­cu­tives. Ce fut encore le cas aujourd’hui, plus de 30 minutes, face à une for­ma­tion de Ligue 2 réduite à 10…Hormis Rémy Cabella, pas un milieu de ter­rain n’est au niveau. Capable de contour­ner un bloc défen­sif bien regrou­pé dans sa propre moi­tié de ter­rain. Hernani, sor­ti à la pause, Dabo, Selnaes (lent), ce sont des suc­ces­sions de mau­vais choix et de passes ratées. Inconcevable lorsqu’on sou­haite se main­te­nir en Ligue 1. On com­prend mieux pour­quoi M’Vila est atten­du comme un sau­veur dans le Forez…

 

Le coa­ching gagnant de Gasset

A la pause, sans doute conster­né et inquiet par le jeu de ses hommes, Jean-Louis Gasset décide de sor­tir Hernani et de lan­cer Robert Beric. Un choix ô com­bien concluant, les Verts évo­luant enfin, plus haut, et reve­nus du ves­tiaire avec de bien meilleures inten­tions. Résultat, un pres­sing offen­sif sou­te­nu, quelques situa­tions chaudes, et Beric, en per­sonne, qui ouvrait le score de la tête sur un coup-franc de Rémy Cabella (63e). Autre choix gagnant du tech­ni­cien sté­pha­nois, l’entrée en jeu de Bamba (à la place de Hamouma, auteur du second but sté­pha­nois (68e) d’une belle demi-volée. Ne pas oublier, tout de même, que l’ASSE a éga­le­ment pro­fi­té de la fatigue des Nïmois, vite réduits à dix.

Beric, c’est ça un buteur

Pour son retour dans le chau­dron, après son expé­rience ratée du côté d’Anderlecht, le Slovène n’a eu besoin que de quelques minutes pour mar­quer. Avec un vrai but d’avant-centre et une sub­tile dévia­tion de la tête. Au-delà de son but, et des trois autres occa­sions qu’il s’est crées, Beric pro­pose des solu­tions, mul­ti­plie les ini­tia­tives et pèse sur la défense adverse. Surtout, on ima­gine déjà assez bien une entente par­faite avec Cabella dans les semaines à venir. Ce qui ne sera pas de trop pour les Vets, eux qui ont un match ô com­bien impor­tant contre Toulouse dans le chau­dron le week-end prochain.

 

 

Source: butfootballclub.fr

Les autres infos