Burn-out chez les policiers

0 Partages

Locaux vétustes, véhicules plus en état de rouler et des policiers au bord de la dépression. Voilà le constat des syndicats de policiers dans la Loire. Une situation qui n’est pas que locale. Partout en France, la profession pointe les difficultés de travail.

A Saint-Etienne, on nous rapporte « un manque de moyens évidents ». Près de 40 personnes sont en arrêt de travail. « Les nombreuses manifestations des gilets jaunes nous ont fait craquer. On n’a pas de vacances, pas de journée de repos. Il faut être opérationnel à chaque instant ». Pour cet agent de police, ce n’est plus possible. Le manque d’effectif est flagrant.

« On ne peut même pas avoir de vie de famille » s’indigne l’un des policiers. En début de décembre, ils s’étaient rassemblés devant le commissariat de Saint-Etienne. Des tracts avaient été distribués pour sensibiliser le grand public. Les agents expriment le désir de continuer à mettre en avant leurs conditions de travail afin de faire changer les choses.

Les autres infos