Changement d’heure : mais ça devait pas être fini ?

Cela fait 50 ans que cette mesure est en vigueur dans l’Union Européenne. Il y a deux ans, la Commission européenne avait proposé de l’abolir au printemps 2021. Mais deux problèmes ont surgi : 

L’harmonisation des changements d’heure

Il faut que tous les pays harmonisent leurs horaires, pour limiter les problèmes des compagnies aériennes ou des trains. Il faut donc trancher entre l’heure d’hiver et l’heure d’été pour faciliter les échanges sur le marché intérieur. En effet, avec la fin du changement d’heure saisonnier, l’amplitude pourrait grimper à trois heures selon les choix de chacun. Dès lors, une décision s’imposait au niveau européen, mais… 

Le coronavirus a retardé (sic) la prise de décisions

Clairement, le changement d’heure n’est plus la priorité de l’Union Européenne. “Pour l’instant la fin du changement d’heure n’est pas d’actualité dans l’agenda du Conseil”, confirme l’eurodéputée EELV à l’origine de la résolution, Karima Delli. “Je pense que cela va être un peu compromis pour 2021. D’autant que ce n’est pas l’urgence”, confie-t-elle dans les colonnes de Sud-Ouest. Et pourtant, le temps presse : la France, comme le Portugal, l’Irlande et la Pologne devrait changer d’heure pour la dernière fois en mars. La Finlande, le Danemark ou encore les Pays-Bas, en octobre 2021. 

Et en France ? 

Une large majorité (80 %) veulent en finir avec cette contrainte, si possible (à 59 %) en restant à l’heure d’été. Si tous les scientifiques sont d’accord pour dire que l’arrêt du changement d’heure sera bénéfique pour la santé, difficile de déterminer si l’heure d’été ou l’heure d’hiver sera le mieux pour notre sommeil. 

Les autres infos
Les autres infos