La chronique de Martial : dis Papa, c’était comment le confinement ?

0 Partages

Aujourd’hui je récupère mon fils à la sortie de l’école. Il me tend son cartable, en échange je lui donne son goûter et lui demande :

Alors, ta journée s’est bien passée ? 
Oui oui… bah la maîtresse elle nous a raconté l’époque du COVID-19… Dis papa, c’était comment le confinement ?
Oh tu sais mon chéri ça remonte à loin cette époque… C’était en 2020. On a su qu’on allait être confiné chez nous quand le Président a dit à la télé “Nous sommes en guerre”.
-En guerre ? Comme avec des pistolets et des soldats ?
-À peu près comme ça oui, sauf qu’on se battait contre un virus.
-Il était drôlement méchant alors ce virus ?
-Très très méchant. Alors le président nous a dit qu’on devait tous rester chez nous et il a fait fermer les écoles.
-Ah la chance ! Moi j’aimerais trop rester à la maison pour jouer aux jeux vidéos ! s’exclame-t-il.
-Mais toi t’es un petit malin. Sauf que tu en aurais marre de rester enfermer pendant deux mois sans bouger. On avait le droit de sortir seulement pour acheter à manger ou aller à la pharmacie.
-Mais comment elles faisaient les machines et les ordinateurs pour marcher ?
-Il y avait des gens qui travaillaient encore. Et puis les médecins et infirmières travaillaient beaucoup aussi pour soigner les gens. Il fallait qu’on porte un masque si on sortait dehors.
-Un masque comme Batman ou Zorro ?
-Euh… Oui si on veut. 
-Et c’était pas trop dur de porter un masque tout le temps ? On peut pas faire des bisous avec un masque ! Aussi on peut pas manger des bonbons !
-Si, bien sûr que c’était difficile. Mais on n’avait pas le choix si on voulait se protéger et protéger les autres.
-Et quand c’était fini le confinement, vous avez fait quoi ?
-On a repris notre vie, mais on devait respecter la distanciation avec les gens, comme là par exemple si c’était aujourd’hui, il faudrait qu’on laisse au moins un mètre de distance entre toi et moi.
-D’accord… Et les gens ils étaient d’accord pour rester chez eux ?
-Mais on n’avait pas le choix mon chéri surtout ! Après pour certains ça les rendait fou, ça en a détraqué plus d’un.
-Bah dis-donc c’était pas drôle le COVID alors. 
-Non, pas du tout marrant… La seule chose qui nous réunissait c’était quand chaque soir à 20h on se mettait sur le balcon pour applaudir les médecins, les infirmières et tous les gens qui risquaient leur vie pour aller travailler.
-Ah oui ? Et une dernière question Papa.. C’est vrai qu’avec maman vous vous êtes rencontrés sur vos balcons en 2020 ?
-Ah non pas du tout… Avec ta mère on s’est rencontré sur un rond-point en 2018.

Martial MOSSMANN 

Les autres infos