Chronique : Pourquoi les Stéphanois pensent que le centre-ville est si vide, mais c’est le contraire

Centre Ville à Saint-Etienne www.42info.fr

Le centre-ville de Saint-Étienne est pour­tant plein de mar­cheurs, badauds, clients ou étu­diants. Le jeu­di soir, le quar­tier Saint Jacques est plein tel un ras­sem­ble­ment de fêtards (un peu moins en cette période dif­fi­cile liée à la covid, certes). Mais pour­tant, les clients sont là. Les ter­rasses sont pleines chaque jour en été, en hiver, les res­tau­ra­teurs font le plein en ter­rasse chauf­fée. Ça bouge effec­ti­ve­ment dans la ville.

 

Les Échos évoque une solu­tion déve­lop­pée par cer­taines villes : le recours aux mana­gers de centres-villes. Ces spé­cia­listes des centres-villes per­mettent de fédé­rer les dif­fé­rents acteurs (com­mer­çants, fédé­ra­tions, asso­cia­tions, CCI) et de mettre en œuvre des stra­té­gies com­munes pour ani­mer les cœurs de ville, main­te­nir et déve­lop­per l’offre com­mer­ciale. À Mulhouse (Haut-Rhin), le « mana­ger du com­merce » a ain­si été un acteur majeur de la stra­té­gie de mon­tée en gamme et de diver­si­fi­ca­tion déci­dée par le maire avec, à la clé, une baisse signi­fi­ca­tive du taux de vaca­tion com­mer­ciale en quelques années.

 

Chez nous, cette idée n’est pas encore en place. Mais à Saint-Étienne, ça grouille. Saint-Étienne compte aujourd’­hui quelque 4 060 com­merces contre 3 800 en 2017, soit 260 com­merces sup­plé­men­taires. « Big Fernand » sur la place Dorian, le maga­sin de déco­ra­tion « Flying Tiger » rue du Général Foy. Vous en vou­lez encore ? Vous trou­vez que le centre-ville se vide de tout com­merce ? Que la zone devient un grand désert ? Continuons. Il faut être hon­nête quand même, cette ville a le pou­voir de nous ouvrir les portes de balades de shop­ping, et de soi­rée en amou­reux, mais aus­si de belles fêtes étu­diantes. Et les paillotes de la Place Jean-Jaurès, vous n’aimez pas ?

 

Selon le maga­zine Commerce, « Une mobi­li­sa­tion de l’en­semble des acteurs est d’au­tant plus bien­ve­nue que la ten­dance est favo­rable aux com­merces. D’après une étude CSA, les com­merces de proxi­mi­té forment la prin­ci­pale attente des Français dans le centre-ville, alors que 75 % d’entre eux disent s’y rendre au moins une fois par semaine. Les com­mer­çants ont, de fait, un rôle à jouer auprès de leur clien­tèle et doivent pré­ci­sé­ment axer leurs efforts sur leurs offres de pro­duits et de services. »

 

À Saint-Étienne il y a de nom­breux nou­veaux commerces

 

Pour celles et ceux qui aiment sor­tir fes­toyer : « Le Beer Garden », place Jean-Jaurès. Là aus­si c’est nou­veau. Peinture fraîche garan­tie. Ils ont aus­si rache­té le Midi Minuit à côté. Nouveauté encore une fois ici. Vous êtes tou­jours scep­tique ? Vous êtes un des membres Facebook qui ne veulent plus mettre les pieds dans cette sata­née ville ? Adore on va vous faire aimer Saint-Étienne. Continuons, « La Peña » au 25 rue Martyrs de Vingré. C’est nou­veau aus­si. Le Captain Donut tenu par Guillaume Thiollière a ouvert en 2018.

J’en entends dire : « Haaa le com­merce se meurt depuis 20 ans à Saint-Étienne, c’est de la faute de Steel !!! »

Vous vou­lez du loi­sir car vous trou­vez la com­mune triste ? Le lan­cer de hâches by 1909, Rue de la République. Allez puisque qu’on dit que la Rue de la République est vide : nou­velle enseigne KTO Beauté, le démé­na­ge­ment dans cette rue d’« Au Tapis Vert », la pré­sence de « D’Marque » au numé­ro 5. À quelques cen­ti­mètres, au numé­ro 6, « Chic Girl », « Justine Mode ». Et pour la petite nou­veau­té : le bar à chat, « La Patte de Velours », un endroit com­po­sé de « zen » avec des chats qui ne demandent que des câlins. Alors non, la rue de la République n’est pas dépeu­plée. Elle se régé­nère, prend un nou­veau souffle, une nou­velle jeu­nesse avec des jeunes entrepreneurs.

 

Le centre-ville de Saint-Étienne s’ouvre à la gourmandise

 

Dans les bons plans gour­mands, le nou­veau res­tau­rant Le Bali Café qui est 5 rue Loti, c’est beau et c’est neuf. La Crêperie Jeannette place Jean-Jaurès qui a ouvert seule­ment en 2018. On pense aus­si à Grain de Blé qui renaît sous une nou­velle forme, La Cantine Numéro Dix au 19 rue de la ville. Qui pense encore que Saint-Étienne est un trou béant vide ? La misère du monde ? Bref, ici, il y a des enseignes qui sont jeunes avec des diri­geants pleins d’ambitions.

 

On note aus­si l’ouverture du « Black Flaming Café » dans le quar­tier Saint-Jacques à Saint-Étienne, une nou­velle cave à bière dans la grande rue, « Pitaya » aus­si qui est à tes­ter abso­lu­ment. C’est rue des Martyrs de Vingré. Dans cette même rue. Il y aura bien­tôt une très belle bras­se­rie pari­sienne, dans la plus pure tra­di­tion. Ça sera à la place de « l’Oboba ». « La Madame » aus­si. Excellent res­tau­rant, mais cher. À ne pas mettre à toutes les bourses.

 

Le Youmi’s aus­si c’est nouveau

 

Situé place Fourneyron à Saint-Étienne, « le Youmi’s » est un nou­veau concept de res­tau­rant végé­ta­rien basé sur la res­tau­ra­tion saine et éco res­pon­sable. On y mange des salades, des bowls avec du riz, des céréales et des légumes. Le Gourmand Masqué est ren­tré dans ce nou­veau lieu à l’esprit zen dans la déco épu­rer. À tester !!!

 

Et Nespresso à Saint-Étienne ?

 

C’est l’arlésienne, mais ça avance. Le pro­fes­sion­nel du café sou­haite ouvrir une bou­tique en centre-ville, mais ne trouve pas de locaux assez grands. Du côté de Centre 2, ça va aus­si for­ce­ment bou­ger. De grands espaces sont vides pour faire venir de grandes enseignes. On n’est pas dupe, on a bien reçu des infor­ma­tions de l’arrivée de Primark. Alors vien­dra, vien­dra pas ? Mais Centre 2 veut gar­der secrètes ces infor­ma­tions (sic). On sait par exemple que les façades du centre com­mer­cial doivent être refaites. Mais pro­blème. Une par­tie des murs appar­tient à Auchan. Et ils sont en désac­cord de devis et de tra­vaux. Auchan vou­drait-elle étouf­fer la socié­té qui gère la gale­rie mar­chande ? Auchan vou­drait-elle récu­pé­rer l’ensemble de la gale­rie pour la gérer elle-même ? Et là ça peut prendre du temps. C’est peux être pour cela que Primark hésite. Un pro­blème sur­git. La fer­me­ture de C&A est pro­gram­mée le 31 décembre 2020. Que va deve­nir l’entrée prin­ci­pale du centre com­mer­cial construit dans les années 70 ? Un espace vide fan­to­ma­tique ? C’est un vrai pro­blème. Il fau­dra com­bler le vide. 

Il est à sou­li­gner aus­si que nos sources sont internes à Centre Deux. Directeurs de maga­sins, gérant… Mais au ser­vice com­mu­ni­ca­tion, silence radio. « On ne sait pas, on ne confirme pas, on dis­cute, il y a des pro­jets ». Manque cer­tain de com­mu­ni­ca­tion pour un centre com­mer­cial qui aurait besoin de bonnes idées, d’une bonne com­mu­ni­ca­tion pour de belles annonces. C’est triste. Centre 2 pour­rait aus­si deve­nir un joli lieu comme nous vous en par­lions dans un pré­cé­dant article. Mais rete­nons que Saint-Étienne vit et qu’elle est belle.

© Photo 42info.fr

Les autres infos
Les autres infos