Ciné : le 9 janvier, soirée « incroyable mais vrai » avec la présence de Lloyd Kaufman

Avant première film Ma

Qui est Lloyd Kaufman : Acteur, réalisateur et producteur américain, Lloyd Kaufman est indissociable de Troma, la société de production et de distribution qu’il créa dans les années 70 avec son partenaire en crimes cinématographiques Michael Herz. 

Une soirée bien barrée à Saint-Etienne dès 20h.

Une oasis créative forte de 35 années d’existence, ce qui en fait, selon les dires de Kaufman en personne, « la plus vieille compagnie indépendante à avoir survécu sans hit au box-office ». Une firme qui se targue légitimement de ne jamais avoir renié son esprit franc-tireur, et encore moins les libertés conférées par un mode de fonctionnement en grande partie autogéré. 

Troma souffre de plus en plus de l’hégémonie écrasante imposée par les majors hollywoodiennes, mais la société bénéficie d’atouts que ses gigantesques rivaux n’auront jamais : un créateur / réalisateur littéralement investi par son activité, quitte à faire absolument n’importe quoi pour financer et vendre ses films ; une histoire riche en productions libertaires et radicales qui aura inspiré des auteurs aussi essentiels que Peter Jackson, Quentin Tarantino, Gaspar Noé, Alex De La Iglesia ou Takashi Miike ; et surtout, des légions de fans à travers le monde, prêts à tout pour que ses activités cinématographiques perdurent le plus longtemps possible.

Vous l’aurez compris, Lloyd Kaufman est un OVNI dans le cinéma fantastique et le Méliès Saint-Francois le reçoit à Saint-Etienne. 

Au programme : deux grands films ; « Toxic Avenger » et « Return to nuke ‘Em High Vol. 2 ».

Dédicace + buvette et plein d’autres surprises grâce à la présence du réalisateur. Venez déguisés.

THE TOXIC AVENGER

Film américain de Michael Herz et Lloyd Kaufman (1985 – 1h27min – V.O.S.T.) 

avec Mitch Cohen, Andree Maranda, Jennifer Prichard…

Melvin, au début de l’histoire, est le balayeur de la piscine municipale de Tromaville. Son physique ingrat et sa diction approximative en font la cible privilégiée des quolibets de la bande à Bozo, psychopathe paroxystique prenant son pied à écraser des enfants au volant de sa décapotable, la nuit. Jusqu’au jour où ledit Bozo va trop loin : lui faisant miroiter un rendez-vous avec une pulpeuse créature, il accule le pauvre Melvin, affublé d’un collant, d’un tutu et de son sempiternel balai pour l’occase, à se jeter dans un baril de matière radioactive en fusion. Sous l’effet des déchets industriels, Melvin mute, devient une créature repoussante mais surpuissante dans l’intimité pesante de sa salle de bains (et sa mère de s’écrier, ravie, « le petit fait enfin sa crise de puberté ! » en entendant les gémissements douloureux de sa progéniture), qui fera ses classes de justicier sous le nom de Toxic Avenger. Secourant la veuve et l’orphelin comme pas deux, lors de l’une de ses interventions, Toxic rencontre Claire, une magnifique aveugle aux formes rebondies, qui tombe sous le charme de son sauveur. Mais le maire de la ville, régnant en maître sur les trafics divers de Tromaville, voit d’un mauvais oeil l’arrivée de ce premier héros du New Jersey… Source : Nanarland.

RETURN TO ‘NUKE EM HIGH VOL.2

Film américain de Lloyd Kaufman (2018 – 1h35min – V.O.S.T.) 

avec Asta Paredes, Catherine Corcoran, Zac Amico…

Lauren et Chrissy, deux amantes lesbiennes, doivent affronter et vaincre les forces perverses sodomites les plus corrompues et les plus dépravées jamais descendues sur Tromaville… et le monde ! Le film est une reprise de “Class of Nuke ‘Em High” de Troma (1986) dans la même veine que d’autres classiques tels que “Class of 1984”, “Rock’ n ‘Roll High School”, et “Carrie”, mais vu à travers la vision unique et frappadingue de Lloyd Kaufman et de l’équipe Troma. Bienvenue à l’école secondaire de Tromaville où, malheureusement, le glee club a muté en une bande vicieuse de crétins queutards et hautement toxiques. Gore et nichons à tous les plans dans un déluge de gags foireux, gras et d’une finesse exquise !!! Et surtout le dernier film de l’éternel Lemmy Kilmister. Source :  l’Absurde Séance.