Pendant le confinement, il est possible de demander l’addition au resto

Fer­més depuis le 15 avril, les res­tau­rants s’inquiètent pour leur tré­so­re­rie, mal­gré les aides de l’Etat. Des ini­tia­tives sont mises en place afin de leur per­mettre de sur­vivre. 

En effet, dif­fé­rentes ini­tia­tives sont mises en place pour les sau­ver. Ain­si, il est désor­mais pos­sible d’acheter des « cou­pons » pour son futur repas à la fin du confi­ne­ment. L’idée vient de Madrid, où les res­tau­rants ont inven­té des « Coro­na­ti­ckets ». 

En France, on peut signa­ler le site aidonsnosrestaurants.fr fon­dé par l’entreprise LaFour­chette ou encore La Grande Bouffe à Lille. Le prin­cipe ? Un cou­pon d’une somme de 10, 20, 50 ou 100€ valable pour un futur repas de 11, 22, 55 ou 110€. Les res­tau­rants doivent payer un droit d’entrée de 200 € pour assu­rer la ges­tion du site La Grande Bouffe

Dans la Loire, il est pos­sible de pré-réser­ver au Nin­ka­si Saint-Etienne, aux dif­fé­rents Quick, chez Eat­Su­shi, au Byblos et chez Cam­pa­nile sur le site https://www.aidonsnosrestaurants.fr/fr-FR/. Contrai­re­ment à la plate-forme La Grande Bouffe, cette ini­tia­tive est gra­tuite (hor­mis des frais de tran­sac­tion). 

Et si les res­tau­rants ne pou­vaient rou­vrir, « Cette pla­te­forme n’est pas des­ti­née à ceux qui savent qu’ils sou­haitent vendre leur éta­blis­se­ment. Mais il est clair que le client prend un risque qu’il est d’ac­cord d’as­su­mer. En même temps, cette avance de liqui­di­tés devrait per­mettre aux res­tau­ra­teurs de payer leurs charges cou­rantes en plus des autres aides dont ils peuvent béné­fi­cier comme des réduc­tions de loyers ou des cré­dits sans inté­rêt », répond Rémy Bitoun, direc­teur de la Four­chette en Suisse.

Les autres infos