(Maj) Couvre-feu : pour­quoi l’Ardèche mais pas la Loire ?

Olivier Véran, ministre de la Santé, a annon­cé le 29 décembre, la mise en place d’un couvre-feu à 18h pour les dépar­te­ments dans les­quels l’é­pi­dé­mie était incon­trô­lée. Après avoir annon­cé les 20 dépar­te­ments concer­nés (l’Ardèche et l’Allier pour la région Auvergne-Rhône-Alpes), le gou­ver­ne­ment a détaillé les cri­tères pour qu’un ter­ri­toire passe sous ce couvre-feu.

Ce cri­tère est notam­ment le taux d’in­ci­dence : lors­qu’un dépar­te­ment connaît un taux d’in­ci­dence supé­rieur à 250 cas pour 100 000 habi­tants, il sera pla­cé en seuil d’a­lerte maximal.

Actuellement, la Loire connaît un taux d’in­ci­dence de 151,2 cas pour 100 000 habi­tants. L’Allier en est à 211 cas et 152 cas pour 100 000 habitants.

Pour l’Ardèche, cela peut sur­prendre mais la pré­fète de l’Ardèche explique cette mesure : “Ce mer­cre­di 30 décembre, la pré­fète de l’Ardèche a expli­qué cette annonce du ministre de la san­té par un taux d’in­ci­dence éle­vé, à plus de 200, le seuil d’a­lerte, chez les plus de 65 ans. Il était ces jours der­niers à 240 pour 100 000 habi­tants. Et dans ce dépar­te­ment à la popu­la­tion vieillis­sante, on compte aus­si 150 malades hos­pi­ta­li­sés dont 130 ont plus de 65 ans. De même pour 9 malades en réani­ma­tion sur 11.”

En effet, pour le dépar­te­ment de la Loire, le taux d’in­ci­dence pour les plus de 65 ans est d’en­vi­ron de 120 cas pour 100 000 habi­tants : net­te­ment infé­rieur à celui de l’Ardèche.

Mise à jour (1er jan­vier) : L’Ardèche n’est fina­le­ment pas concer­né par le couvre-feu à 18h.

Les autres infos