Covid-19 : le vac­cin Pfizer pro­met 90% d’ef­fi­ca­ci­té mais les doses seront limitées

Lundi 9 novembre, Pfizer et Biontech ont annon­cé avoir créé un vac­cin “effi­cace à 90%” contre le Covid-19. Cette annonce a immé­dia­te­ment dopé le CAC 40 à Paris, qui bon­dit de 5,46%. Ce vac­cin en est au stade 3, der­nière étape avant l’ho­mo­lo­ga­tion, qui serait obte­nue ce mois.

Cette effi­ca­ci­té a été cal­cu­lée en com­pa­rant le nombre de patients infec­tés par le Covid et dans celui sous pla­ce­bo, 7 jours après la deuxième dose et 28 jours après la pre­mière. 43 000 patients ont par­ti­ci­pé à ce test. 94% de ceux ci ont attra­pé le Covid, dont 90% des patients fai­sant par­tie du groupe pla­ce­bo. Les tests vont durer jus­qu’à 164 patients aient été conta­mi­né par le Covid, esti­mé pour début décembre.

50 mil­lions de doses sont pré­vues en 2020, 1,3 mil­liard en 2021. Logiquement, les soi­gnants en seraient les pre­miers béné­fi­ciaires. 200 mil­lions de doses sont réser­vées pour l’Union Européenne.

Leur vac­cin montre une plus grande effi­ca­ci­té que beau­coup d’ex­perts l’a­vaient espé­ré, autour de 50%. Les deux labo­ra­toires évoquent aus­si qu’au­cun effet secon­daire n’a été constaté.

Il est basé sur une par­tie du code géné­tique du virus et non du virus lui-même. En revanche, ce virus doit être sto­cké à ‑80°C, ce qui peut poser un frein pour sa dis­tri­bu­tion dans les pays en développement.

En décembre, les résul­tats d’un autre vac­cin, celui d’AstraZeneca, seraient aus­si pré­sen­tés. Ce vac­cin est issu d’une autre technologie.

Les autres infos