Danger de la Covid chez les enfants

Une étude menée par l’Institut de recherche Biomédicale et d’é­pi­dé­mio­lo­gie du Sport montre les méfaits du confi­ne­ment pour les enfants. Conclusion : la séden­ta­ri­té pen­dant le confi­ne­ment a été plus impor­tante qu’en temps nor­mal. Un dan­ger pour les jeunes. 

Vous vous deman­diez l’intérêt des cours de sport pen­dant votre sco­la­ri­té ? Le pro­fes­seur Jean-François Toussaint inter­pelle quant aux dan­gers de la séden­ta­ri­té des jeunes. D’autant que les chiffres sont alar­mants : 10 heures par semaine en moyenne à regar­der la télé­vi­sion contre 6,7 heures avant le confi­ne­ment), 7,7 heures à navi­guer sur Internet contre 5,2 heures, 7,2 heures à jouer aux jeux vidéo, 5,1 heures à dis­cu­ter avec leurs amis via les réseaux sociaux et SMS (contre 3,7 heures). En revanche, le temps pas­sé à lire a aug­men­té d’une heure. Les acti­vi­tés phy­siques ont dimi­nué, elles, de 5,5 heures contre 6,1 heures. 6 enfants sur 10 n’ont pas suf­fi­sam­ment été actifs. Conséquence : perte des capa­ci­tés physiques. 

Autre séquelle du confi­ne­ment : le stress, notam­ment le stress post-trau­ma­tique. Ses mani­fes­ta­tions : colère, troubles du som­meil, déni quant à la période de confi­ne­ment. Une étude du CHU de Toulouse menée sur 342 enfants s’alarme du trau­ma­tisme créé par le confi­ne­ment. Certains refu­se­raient même de sor­tir.  Solution pro­po­sée : retour à l’école et acti­vi­tés phy­siques et spor­tives pour les enfants pen­dant l’été. 

Les autres infos