Découverte d’os humains à Côte-Chaude



Samedi matin, Odile est allée au cimetière de Côte-Chaude. Lors de ses allers et venues dans le cimetière, elle a été attirée par des ossements humains dans l’herbe, à même le sol.

Dans les colonnes du Progrès, cette femme sedit choquée : « Cette découverte d’ossements humains m’a mise dans un état d’émotion indicible. C’est insupportable, indécent et particulièrement odieux. Peu importe la raison pour laquelle ces ossements sont là, à la vue de tous… Aucun reste humain ne mérite un tel traitement. Que ce soit par erreur, par fainéantise, par négligence, à la suite de la réparation d’une tombe, au relevage de sépulture, ou encore suite aux travaux de rénovation de cette zone du cimetière, il est certain que les os ne sont pas arrivés à cet endroit tout seuls » explique cette femme.

Ce sont des os de membres inférieurs qui ont été retrouvés. Le premier adjoint au Maire, Gilles Artigues a tenu à réagir à cette annonce. « Nous comprenons la stupeur des personnes qui ont découvert ces ossements au cimetière de Côte-Chaude. Nous avons demandé à notre service funéraire de mener enquête pour connaître précisément leur provenance. Il faut savoir qu’il y a beaucoup d’intervenants dans nos cimetières qui agissent pour effectuer diverses tâches, que ce soient nos agents municipaux pour les exhumations administratives ou, en nombre important, des entreprises privées pour les inhumations. Sur l’îlot 6 en question, un ambitieux chantier a été conduit il y a cinq ans pour créer un nouvel espace pouvant accueillir environ trois cents nouvelles tombes. Nous n’avions eu à ce jour qu’à nous louer de la qualité de ce travail sur les premières allées occupées. Sur les parties végétalisées de ce cimetière, une intensification de l’entretien est prévue pour cette rentrée. Nos fossoyeurs accomplissent leur mission dans un grand respect des personnes défuntes, avec beaucoup de dignité. Nous y veillons tous. Nous accordons aussi une grande importance à l’accompagnement des familles et au dialogue avec les différentes communautés afin de répondre à leurs demandes particulières ».