Découverte d’os humains à Côte-Chaude



Samedi matin, Odile est allée au cime­tière de Côte-Chaude. Lors de ses allers et venues dans le cime­tière, elle a été atti­rée par des osse­ments humains dans l’herbe, à même le sol.

Dans les colonnes du Progrès, cette femme sedit cho­quée : « Cette décou­verte d’ossements humains m’a mise dans un état d’émotion indi­cible. C’est insup­por­table, indé­cent et par­ti­cu­liè­re­ment odieux. Peu importe la rai­son pour laquelle ces osse­ments sont là, à la vue de tous… Aucun reste humain ne mérite un tel trai­te­ment. Que ce soit par erreur, par fai­néan­tise, par négli­gence, à la suite de la répa­ra­tion d’une tombe, au rele­vage de sépul­ture, ou encore suite aux tra­vaux de réno­va­tion de cette zone du cime­tière, il est cer­tain que les os ne sont pas arri­vés à cet endroit tout seuls » explique cette femme.

Ce sont des os de membres infé­rieurs qui ont été retrou­vés. Le pre­mier adjoint au Maire, Gilles Artigues a tenu à réagir à cette annonce. « Nous com­pre­nons la stu­peur des per­sonnes qui ont décou­vert ces osse­ments au cime­tière de Côte-Chaude. Nous avons deman­dé à notre ser­vice funé­raire de mener enquête pour connaître pré­ci­sé­ment leur pro­ve­nance. Il faut savoir qu’il y a beau­coup d’intervenants dans nos cime­tières qui agissent pour effec­tuer diverses tâches, que ce soient nos agents muni­ci­paux pour les exhu­ma­tions admi­nis­tra­tives ou, en nombre impor­tant, des entre­prises pri­vées pour les inhu­ma­tions. Sur l’îlot 6 en ques­tion, un ambi­tieux chan­tier a été conduit il y a cinq ans pour créer un nou­vel espace pou­vant accueillir envi­ron trois cents nou­velles tombes. Nous n’avions eu à ce jour qu’à nous louer de la qua­li­té de ce tra­vail sur les pre­mières allées occu­pées. Sur les par­ties végé­ta­li­sées de ce cime­tière, une inten­si­fi­ca­tion de l’entretien est pré­vue pour cette ren­trée. Nos fos­soyeurs accom­plissent leur mis­sion dans un grand res­pect des per­sonnes défuntes, avec beau­coup de digni­té. Nous y veillons tous. Nous accor­dons aus­si une grande impor­tance à l’accompagnement des familles et au dia­logue avec les dif­fé­rentes com­mu­nau­tés afin de répondre à leurs demandes par­ti­cu­lières ».



Les autres infos