Des bars de Saint-Etienne vendent des pro­duits volés

C’est en 2015 que l’affaire débute avec un cor­beau qui appelle la police.

En mars 2015, la police de Saint-Etienne reçoit un coup de télé­phone d’un ano­nyme pour lui signa­ler qu’un groupe volait de nom­breuses mar­chan­dises dans le quar­tier de la Cotonne et en centre-ville de Saint-Etienne (ordi­na­teurs, télé­phones por­tables, consoles de jeu, bijoux et vête­ments). Tous ces stocks seraient entas­sés dans un box à la Cotonne puis ven­dus aux enchères dans des bars proches du palais de justice.

C’est en octobre que la police a effec­tué des inter­pel­la­tions. Ronaldo et Robin sont sus­pec­tés de 4 vols. Ils sont âgés de 19 et 20 ans. Ils auraient volé des bijoux, des voi­tures et des motos retrou­vées incendiées.

Ronaldo recon­naît les faits. Voulant se dédoua­ner, il annonce, qu’à l’époque, il était sou­vent « bour­ré ». Ronaldo a déjà été condam­né pour vol en 2015 et, à prio­ri, cela ne l’a visi­ble­ment pas mar­qué car il a recom­men­cé. A l’époque, Elodie Rouchouse, la repré­sen­tante du par­quet avait annon­cé six mois de pri­son ferme pour Ronaldo.

Quant à Robin, c’est la pre­mière fois qu’il com­pa­raît et n’a jamais fait de pri­son. Mais, pour cette affaire, la police a retrou­vé ses empreintes sur une béquille retrou­vée proche de la bou­lan­ge­rie qu’il aurait cam­brio­lée. Des témoins ont vu deux per­sonnes sor­tir de la bou­lan­ge­rie du quar­tier de Beaubrun en cou­rant avec un butin de 1000 euros.

Robin annonce à la barre « J’ai pu tou­cher la béquille lorsque que j’ai vécu à Beaubrun ce qui ne fait pas de moi un voleur » explique-t-il.

Robin a été relaxé et Ronaldo a été condam­né à 120 jours d’amendes à 5 euros.



Les autres infos