Des bars de Saint-Etienne vendent des produits volés

C’est en 2015 que l’affaire débute avec un corbeau qui appelle la police.

En mars 2015, la police de Saint-Etienne reçoit un coup de téléphone d’un anonyme pour lui signaler qu’un groupe volait de nombreuses marchandises dans le quartier de la Cotonne et en centre-ville de Saint-Etienne (ordinateurs, téléphones portables, consoles de jeu, bijoux et vêtements). Tous ces stocks seraient entassés dans un box à la Cotonne puis vendus aux enchères dans des bars proches du palais de justice.

C’est en octobre que la police a effectué des interpellations. Ronaldo et Robin sont suspectés de 4 vols. Ils sont âgés de 19 et 20 ans. Ils auraient volé des bijoux, des voitures et des motos retrouvées incendiées.

Ronaldo reconnaît les faits. Voulant se dédouaner, il annonce, qu’à l’époque, il était souvent « bourré ». Ronaldo a déjà été condamné pour vol en 2015 et, à priori, cela ne l’a visiblement pas marqué car il a recommencé. A l’époque, Elodie Rouchouse, la représentante du parquet avait annoncé six mois de prison ferme pour Ronaldo.

Quant à Robin, c’est la première fois qu’il comparaît et n’a jamais fait de prison. Mais, pour cette affaire, la police a retrouvé ses empreintes sur une béquille retrouvée proche de la boulangerie qu’il aurait cambriolée. Des témoins ont vu deux personnes sortir de la boulangerie du quartier de Beaubrun en courant avec un butin de 1000 euros.

Robin annonce à la barre « J’ai pu toucher la béquille lorsque que j’ai vécu à Beaubrun ce qui ne fait pas de moi un voleur » explique-t-il.

Robin a été relaxé et Ronaldo a été condamné à 120 jours d’amendes à 5 euros.



Vous aimerez lire aussi