St-Etienne : Elle le quitte et il met le feu dans la maison

A 61 ans, Antoine n’a pas sup­por­té le départ de sa femme et de sa fille. Tout débute par la sépa­ra­tion de la fille avec son petit ami. Antoine appré­ciait son gendre, ils tra­vaillaient ensemble. En dépres­sion, il va inon­der de mes­sages d’insultes la mère et la fille. « Dis-moi ou est ta p… de fille », voi­là le genre de mes­sages qu’on retrouve sur son por­table. Le ton monte. Il va même jusqu’à mena­cer de mort sa fille. De là , va s’ensuivre la sépa­ra­tion. Sa femme part de la mai­son. La fille aus­si. Elles ne sup­portent plus les sms d’Antoine. Fou de rage, il va mettre le feu à la mai­son.

Au tri­bu­nal de Saint-Etienne, Antoine va expli­quer qu’il était saoul. « Je me suis endor­mi avec une ciga­rette à la bouche et sans faire exprès, j’ai incen­dié la mai­son ». La pré­si­dente du tri­bu­nal ne com­prend pas ce revi­re­ment « En garde à vue, vous avez dit qu’en met­tant le feu à la mai­son, ça les aler­te­rait sur votre tris­tesse ». Antoine a réponse à tout. Il va expli­quer qu’il était encore saoul lors de l’interrogation. Pour les SMS d’insultes, il regrette. « Je suis en dépres­sion, je n’aurais pas dû écrire ce genre de choses”.

 Selon l’expert en psy­chia­trie, Antoine est impul­sif et consomme énor­mé­ment d’alcool. Pour son avo­cat, André Buffard, « Il a depuis 2015 de graves pro­blèmes psy­chia­triques ». Il rajoute « Ces troubles se sont aggra­vés par la sépa­ra­tion de sa fille avec son com­pa­gnon avec lequel il tra­vaille. Il a déjà ten­té de se sui­ci­der ». Le tri­bu­nal le condamne à 12 mois avec sur­sis avec mise à l’épreuve pen­dant deux ans, et avec obli­ga­tion de soins. A la fin de l’audience, le juge lui demande com­ment il voit l’avenir ? Antoine répond qu’il s’est remis avec sa femme, mais sa fille, il ne lui parle tou­jours pas.



Les autres infos