Emploi : on embauche 4.500 livreurs en CDI

Certains domaines d’activités ne souffrent pas de la crise de la Covid-19 et cherchent à recruter en grand nombre

Selon les informations du Journal du Dimanche, la plate-forme souhaiterait mettre fin aux conditions de travail précaires des livreurs à vélo. «Nous sommes une grande entreprise multinationale avec pas mal d’argent et nous voulons que nos collaborateurs soient assurés (…) Nous voulons êtres certains qu’ils aient des protections», a déclaré le directeur général (CEO) Jitsen Goen l’été dernier.

DES LIVREURS PAYES A L’HEURE

350 livreurs ont déjà été recrutés à Paris au mois de novembre. Les salariés bénéficient d’un planning souple et de la possibilité de combiner leur activité avec d’autres. «Les livreurs Just Eat sont payés 10,30 euros de l’heure, qu’ils fassent une ou plusieurs courses, et nous leur proposons des possibilités d’évolution pour superviser notamment des équipes de coursiers», explique Victor Ennouchi, le directeur des opérations livraison.

Les 4.500 nouveaux livreurs seront recrutés dans 30 villes de France. Une opportunité sans doute bienvenue pour de nombreux jeunes et étudiants, qui livrent des plats pour subvenir à leurs besoins sous le statut d’auto-entrepreneur. Alors que le niveau de rémunération impose souvent un rythme effréné, les coursiers des plate-formes organisent régulièrement des manifestations pour tenter d’améliorer leurs statuts. Une grève des livreurs Uber Eats et Deliveroo se tenait encore ce 3 janvier à Lyon.

Meleyne Rabot, la directrice générale de Just Eat France, explique que «80% des 15.000 restaurants partenaires» ont leur «propre service de livraison». Les nouvelles opportunités d’emploi seraient crées pour gérer les «20% d’indépendants et de grandes chaînes de fast-foods qui n’ont pas leurs coursiers», précise-t-elle dans le Journal du Dimanche.

 

Les autres infos
Les autres infos