Il est condam­né pour assas­si­nat à St-Etienne

La pré­si­dente du tri­bu­nal lui demande : « Maintenez-vous un coup tiré invo­lon­tai­re­ment ? » Francis Charles répond « Oui, je vou­lais juste lui faire peur ». Francis Charles, 64 ans, est recon­nu cou­pable de l’assassinat de Joseph Guillemenot le 10 jan­vier 2016 à Saint-Etienne.

Pour l’accusé, la vic­time serait res­pon­sable de ce qui lui est arri­vé. Un témoin a bien vu l’accusé tirer. Il avait les deux mains sur son arme char­gée de six car­touches.

Les experts en balis­tique brossent un tireur très expé­ri­men­té. Pour l’un deux, « il ne pou­vait pas rater sa cible ». La cour et les jurés n’ont aucun doute sur la culpa­bi­li­té de Francis Charles qui a tué sa cible le 10 jan­vier 2016.

Dans son réqui­si­toire, Marianne Berthéas a expli­qué qu’il y avait bien un conten­tieux entre les deux hommes qui « a bri­sé une ami­tié ». Pour elle, Francis Charles « est entré dans une phase de logique d’exécution ». L’ex légion­naire a char­gé son mag­num pour sup­pri­mer sa victime.

L’avocat de la vic­time, Maître André Buffard explique : « Il parle peu et s’explique mal, mais cela ne fait pas de lui un assas­sin ». Il rajoute « Francis Charles vou­lait tour­ner la page sur une brouille qui avait pour­ri leur ami­tié. La ren­contre des deux hommes dans le bar était for­tuite, il n’y a pas eu de plan ». Maître Buffard demande l’indulgence de la cour pour un homme ron­gé par le can­cer, qu’une sanc­tion lourde éli­mi­ne­rait de la société.



Les autres infos