Il vou­lait lui cou­per la tête

Jonathan, 19 ans, ne sup­por­tait pas la sépa­ra­tion avec son ex.

Il l’a sur­veillée au tra­vail, chez elle, il rôdait par­tout où elle allait. C’est une rela­tion qui a com­men­cé très jeune. Ils vivaient ensemble depuis l’âge de 16 ans. Un pre­mier amour qui a pris fin en sep­tembre 2017. La jeune femme démé­nage à la Fouillouse, mais impos­sible pour elle d’en finir avec son ex « il me sur­veillait par­tout ». En jan­vier Jonathan perd la tête « il me disait : des­cend, je vais te cou­per la tête ». C’était l’angoisse quo­ti­dienne , il jetait des pierres à la fenêtre de la victime.

Le juge demande des expli­ca­tions à Jonathan « Que vou­liez-vous à la sur­veiller à son tra­vail ? » Jonathan tente d’expliquer sa folie : « La sur­veiller » puis il craque « Je l’aimais. Les sen­ti­ments, ça ne part pas comme ça. » Le jeune gar­çon ne peut tour­ner la page, il har­cèle son ex petite amie au télé­phone la nuit, il pirate son compte face­book et va même l’agresser chez elle. Il fau­dra l’intervention d’un voi­sin pour cal­mer le garçon.

Le Procureur de la République explique que le jeune couple avait une rela­tion ambi­va­lente à cause de son jeune âge. Mais cela ne peut pas faire oublier les agres­sions et les violences.

L’avocate de Jonathan explique que la jeune femme aurait joué avec les sen­ti­ments de son ex com­pa­gnon. Elle est par­tie mais le recon­tacte en décembre « Elle a joué avec ses sen­ti­ments » explique l’avocate. Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel condamne Jonathan à une peine de quatre mois de pri­son avec sur­sis et une mise à l‘épreuve de deux ans. Jonathan a inter­dic­tion de ren­trer en contact avec son ex petite amie.



Les autres infos