Interview de Christophe Bazile, Maire de Montbrison : « les grandes prio­ri­tés, l’économie et l’écologie »

Comme vous l’a­vez consta­té, à l’oc­ca­sion des élec­tions muni­ci­pales 2020, 42info.fr a créé une rubrique tem­po­raire. Nous pro­po­sons à un maxi­mum de can­di­dats des com­munes les plus impor­tantes de la Loire de répondre à trois ques­tions. Chaque inter­viewé se voit poser trois ques­tions et il dis­pose au total de 2500 signes pour y répondre. Certains élus répondent par­fois très briè­ve­ment, d’autres répondent à côté. Notre sup­port n’est pas res­pon­sable des ses dif­fé­rentes atti­tudes. Notre sou­hait est sim­ple­ment d’of­frir à des can­di­dats l’oc­ca­sion de mieux se faire connaître ain­si que leur pro­jet. Bonne lecture.

Dans votre invi­ta­tion à votre confé­rence de can­di­da­ture , vous évo­quiez des sur­prises. Pouvez vous nous en dire plus ?

Tout d’abord les sou­tiens poli­tiques : lors du lan­ce­ment de ma cam­pagne dans la salle Guy Poirieux, devant plus de 400 per­sonnes, j’ai pré­sen­té l’ensemble des for­ma­tions poli­tiques qui m’apportent leur sou­tien plein et entier : L’UDI par la voix de Lionel Boucher, Le MODEM par la voix de Siham Labich, nou­velle pré­si­dente, Les LR avec son dépu­té Dino Cineri : un sou­tien très large qui isole clai­re­ment LREM menée par le dépu­té de la 6ièmequi a beau­coup de mal à rassembler.

La deuxième chose atten­due par les Montbrisonnais était mon équipe de cam­pagne, et plus par­ti­cu­liè­re­ment l’identité du pré­sident de mon comi­té de sou­tien : Bruno Protière, chef d’une entre­prise locale cen­te­naire, conces­sions auto­mo­biles, qui a pris à bras le corps la suc­ces­sion de Jean Blanchet, grand entre­pre­neur, pré­sident du comi­té de la cam­pagne pré­cé­dente. La troi­sième sur­prise était les grandes prio­ri­tés du pro­gramme : l’économie et l’écologie. Nous devons rele­ver le défi de conci­lier déve­lop­pe­ment éco­no­mique et l’urgence éco­lo­gique. C’est pos­sible mais il faut l’adhésion de tous.

Pour l’instant votre liste est la seule en lice. Cela ne risque-t-il pas de démo­ti­ver les électeurs ?

Montbrison a tou­jours été la place d’un fort débat démo­cra­tique, une ville d’équilibre. Aujourd’hui, je retourne devant les élec­teurs avec un bilan solide et par­ta­gé. Nous avons tra­vaillé pen­dant 6 ans sans sec­ta­risme ni ostra­cisme. Nous conti­nue­rons avec la même méthode, avec beau­coup d’écoute, de ren­contre d’échange mais aus­si des déci­sions. L’opposition n’a pas tra­vaillé ses dos­siers et a per­du en cré­di­bi­li­té, le dépu­té de LREM enchaine les décla­ra­tions pro­vo­ca­trices voir même scan­da­leuse plu­tôt que de s’intéresser à Montbrison. J’en veux pour preuve l’utilisation du terme de « dépor­ta­tion » dans sa der­nière Newsletter en par­lant des pen­sion­naires de l’EHPAD. Je com­prends par­fai­te­ment la réac­tion de la LICRA qui a condam­né de tel pro­pos. Alors s’il ne doit y avoir qu’une seule liste, nous serons donc les seuls à mobi­li­ser les élec­teurs qui ont pu obser­ver que nous avons été seuls depuis 6 ans à appor­ter des solu­tions concrètes à leurs problèmes.

Quelles retom­bées avez-vous récol­tées du label « plus beau mar­ché de France » ?

Quelle belle aven­ture que ce sacre du plus beau mar­ché de France ! Ce 14 juin 2019, devant 6 mil­lions de télé­spec­ta­teurs, en pré­sence de Jean Pierre Pernaut, Montbrison gagnait son titre et écri­vait une page d’histoire avec four­miers et vigne­rons en gros plan. Page débu­tée il y 9 siècles par les col­por­teurs et pèle­rins de Compostelle jusqu‘à aujourd’hui où 250 com­mer­çants non séden­taires, cafe­tiers ‚res­tau­ra­teurs ain­si que  350 bou­tiques de la ville, accueillent les clients de tout le Forez.

Les retom­bées sont immenses non seule­ment pour notre ville, mais pour tout le ter­ri­toire de Loire Forez, la Loire, qui en a fait la cou­ver­ture de son maga­zine et même la région Auvergne Rhône Alpes. Un coup de pro­jec­teurs excep­tion­nel sur les savoirs faire de nos ter­roirs, fourme de Montbrison en tête, mais aus­si sur nos pay­sages et notre art de vivre mêlant vie urbaine et ruralité.

 L’attractivité com­mer­ciale a été lit­té­ra­le­ment boos­tée depuis cet été (Plus de 30% de chiffre d’affaire en plus pour cer­tains). Des tou­ristes viennent de tous les coins de France pour décou­vrir ce mar­ché et le Forez. Mais plus encore, Montbrison gagne de nou­veaux habi­tants. En résu­mé, être attrac­tif pour gar­der et faire venir des talents pour être un ter­ri­toire d’excellence. 

Pat Françon

Les autres infos