Interview de Christophe Bazile, Maire de Montbrison : « les grandes priorités, l’économie et l’écologie »

Comme vous l’avez con­staté, à l’oc­ca­sion des élec­tions munic­i­pales 2020, 42info.fr a créé une rubrique tem­po­raire. Nous pro­posons à un max­i­mum de can­di­dats des com­munes les plus impor­tantes de la Loire de répon­dre à trois ques­tions. Chaque inter­viewé se voit pos­er trois ques­tions et il dis­pose au total de 2500 signes pour y répon­dre. Cer­tains élus répon­dent par­fois très briève­ment, d’autres répon­dent à côté. Notre sup­port n’est pas respon­s­able des ses dif­férentes atti­tudes. Notre souhait est sim­ple­ment d’of­frir à des can­di­dats l’oc­ca­sion de mieux se faire con­naître ain­si que leur pro­jet. Bonne lec­ture.

Dans votre invi­ta­tion à votre con­férence de can­di­da­ture , vous évo­quiez des sur­pris­es. Pou­vez vous nous en dire plus ?

Tout d’abord les sou­tiens poli­tiques : lors du lance­ment de ma cam­pagne dans la salle Guy Poirieux, devant plus de 400 per­son­nes, j’ai présen­té l’ensemble des for­ma­tions poli­tiques qui m’apportent leur sou­tien plein et entier : L’UDI par la voix de Lionel Bouch­er, Le MODEM par la voix de Siham Labich, nou­velle prési­dente, Les LR avec son député Dino Cineri : un sou­tien très large qui isole claire­ment LREM menée par le député de la 6ièmequi a beau­coup de mal à rassem­bler.

La deux­ième chose atten­due par les Mont­brison­nais était mon équipe de cam­pagne, et plus par­ti­c­ulière­ment l’identité du prési­dent de mon comité de sou­tien : Bruno Pro­tière, chef d’une entre­prise locale cen­te­naire, con­ces­sions auto­mo­biles, qui a pris à bras le corps la suc­ces­sion de Jean Blanchet, grand entre­pre­neur, prési­dent du comité de la cam­pagne précé­dente. La troisième sur­prise était les grandes pri­or­ités du pro­gramme : l’économie et l’écologie. Nous devons relever le défi de con­cili­er développe­ment économique et l’urgence écologique. C’est pos­si­ble mais il faut l’adhésion de tous.

Pour l’instant votre liste est la seule en lice. Cela ne risque-t-il pas de démo­tiv­er les électeurs ?

Mont­bri­son a tou­jours été la place d’un fort débat démoc­ra­tique, une ville d’équilibre. Aujourd’hui, je retourne devant les électeurs avec un bilan solide et partagé. Nous avons tra­vail­lé pen­dant 6 ans sans sec­tarisme ni ostracisme. Nous con­tin­uerons avec la même méth­ode, avec beau­coup d’écoute, de ren­con­tre d’échange mais aus­si des déci­sions. L’opposition n’a pas tra­vail­lé ses dossiers et a per­du en crédi­bil­ité, le député de LREM enchaine les déc­la­ra­tions provo­ca­tri­ces voir même scan­daleuse plutôt que de s’intéresser à Mont­bri­son. J’en veux pour preuve l’utilisation du terme de « dépor­ta­tion » dans sa dernière Newslet­ter en par­lant des pen­sion­naires de l’EHPAD. Je com­prends par­faite­ment la réac­tion de la LICRA qui a con­damné de tel pro­pos. Alors s’il ne doit y avoir qu’une seule liste, nous serons donc les seuls à mobilis­er les électeurs qui ont pu observ­er que nous avons été seuls depuis 6 ans à apporter des solu­tions con­crètes à leurs prob­lèmes.

Quelles retombées avez-vous récoltées du label « plus beau marché de France » ?

Quelle belle aven­ture que ce sacre du plus beau marché de France ! Ce 14 juin 2019, devant 6 mil­lions de téléspec­ta­teurs, en présence de Jean Pierre Per­naut, Mont­bri­son gag­nait son titre et écrivait une page d’histoire avec four­miers et vignerons en gros plan. Page débutée il y 9 siè­cles par les col­por­teurs et pèlerins de Com­postelle jusqu‘à aujourd’hui où 250 com­merçants non séden­taires, cafetiers ‚restau­ra­teurs ain­si que  350 bou­tiques de la ville, accueil­lent les clients de tout le Forez.

Les retombées sont immenses non seule­ment pour notre ville, mais pour tout le ter­ri­toire de Loire Forez, la Loire, qui en a fait la cou­ver­ture de son mag­a­zine et même la région Auvergne Rhône Alpes. Un coup de pro­jecteurs excep­tion­nel sur les savoirs faire de nos ter­roirs, fourme de Mont­bri­son en tête, mais aus­si sur nos paysages et notre art de vivre mêlant vie urbaine et rural­ité.

 L’attractivité com­mer­ciale a été lit­térale­ment boost­ée depuis cet été (Plus de 30% de chiffre d’affaire en plus pour cer­tains). Des touristes vien­nent de tous les coins de France pour décou­vrir ce marché et le Forez. Mais plus encore, Mont­bri­son gagne de nou­veaux habi­tants. En résumé, être attrac­t­if pour garder et faire venir des tal­ents pour être un ter­ri­toire d’excellence. 

Pat Françon

Les autres infos