Interview de Jean-Claude Charvin : « 70 millions d’euros qui seront engagés pour l’habitat »

Maire de Rive-de-Gier, Jean-Claude Charvin est aussi président du syndicat intercommunal du Pays du Gier et membre du conseil départemental et du conseil métropolitain. Outre la liste de gauche de Vincent Bony, il devra affronter deux autres listes dont une de dissidents de sa propre majorité municipale.

Comme vous l’avez constaté, à l’occasion des élections municipales 2020, 42info.fr a créé une rubrique temporaire. Nous proposons à un maximum de candidats des communes les plus importantes de la Loire de répondre à trois questions. Chaque interviewé se voit poser trois questions et il dispose au total de 2500 signes pour y répondre. Certains élus répondent parfois très brièvement, d’autres répondent à côté. Notre support n’est pas responsable des ses différentes attitudes. Notre souhait est simplement d’offrir à des candidats l’occasion de mieux se faire connaître ainsi que leur projet. Bonne lecture.

Avez-vous été surpris de la défection d’une partie de votre équipe ?

Non. Depuis 2 ans, ils font campagne et les ripagériens assistent à leurs ambitions personnelles à travers des fuites organisées dans la presse. Je suis étonné qu’ils n’aient pas démissionné avant au vu de leurs critiques sur les chantiers et la transformation de notre ville. C’est surprenant de faire des propositions aujourd’hui alors qu’ils ne se sont jamais exprimés lors des conseils municipaux. Les ripagériens jugeront…

Sur quels (s) thème (s) majeur (s) allez-vous axer votre campagne ?

Notre projet se fonde sur un profond renouvellement urbain du centre-ville et la reconquête de l’entrée Est (ex DURALEX), priorité métropolitaine. Ce sont plus de 70 millions d’euros qui seront engagés pour l’habitat, le commerce et les espaces publics (espaces verts et piétons, agrandissement du ciné Chaplin, déménagement du conservatoire de musique ou rénovation du Pétanquodrome)

Les ripagériens sont assurés de la réalisation de ces projets structurants grâce aux engagements que j’ai signé avec l’état et nos partenaires en mars dernier. Nous sommes aujourd’hui interpellés par des investisseurs privés qui voient en Rive-de-Gier une vraie opportunité. Une maison de santé va aussi se construire sur la place Pasteur rénové et accueillir 3 nouveaux médecins.

Nous allons poursuivre nos actions de proximité pour lutter contre la délinquance en recentrant les missions des agents municipaux et en développant la vidéo-protection avec la police nationale, requalifier l’habitat insalubre par des démolitions, des reconstructions Haute Qualité Environnemental et des aides aux propriétaires, lutter contre les encombrants et la préservation de notre environnement pour bien vivre notre ville. Un conseil jeunes 15/25 sera installé pour qu’ils donnent leurs avis sur les futurs espaces de sports urbains et Evènements. Nous poursuivons nos actions pour maintenir l’autonomie de nos ainés et assurer des services comme le proxibus ou la livraison des repas. Nous voulons rendre la ville plus juste, plus attractive et dynamique afin que chacun puisse construire sa vie dans son quartier.

Est-il plus compliqué d’affronter trois listes d’opposition plutôt qu’une seule ?

Les ripagériens sont seuls juges, peu importe le nombre de liste. Ils me connaissent et, malgré mon fort caractère, j’ai toujours mené mes engagements à terme avec honnêteté, bienveillance et sérieux. Ils auront à se prononcer sur un projet ambitieux et réaliste pour poursuivre la transformation de notre ville à budget constant et sans augmentation des taxes locales comme depuis 26 ans. Notre programme prend en compte tous les habitants et les associations dans leur diversité.

Pat Françon

© Photo Jean-Claude Charvin

Les autres infos