Interview de Paillette avant sa venue à Paroles et musiques

Cette jeune Stéphanoise a une voix qui va vous transporter. 42info.fr a cherché à connaître un peu plus l’auteure-interprète qui sort son premier EP avec un clip, Goldfish. Rencontre avec cette « Néo-Sirène ».

On pensait que sous ce nom de Paillette se cachait une artiste disco avec une boule à facettes au dessus de la tête, et bien non ! Paillette n’est pas une chanteuse kitch, c’est bien tout le contraire. Dans son nouveau clip Goldfish, sa voix se mélange harmonieusement avec le piano. Un univers bien à elle qu’elle cultive secrètement.

A 25 ans aujourd’hui, Paillette a fait toute sa scolarité à Saint-Etienne, et a pu apprendre la musique au conservatoire Massenet. La musique, elle la connaît bien. Cette jeune passionnée a découvert les mélodies dès l’âge de 4 ans. Après quelques voyages, elle a décidé de s’installer sur Lyon. Il y a un an, elle a remporté le concours du Fil de Saint-Etienne « Talents sur Scène » qui lui a apporté la notoriété et le travail de la scène.

“C’est un filtre pour moi de chanter en anglais”

La chanteuse Stéphanoise, sur son dernier EP « To Hide », chante en anglais. Pourquoi ? me direz-vous.  Parce que Paillette est une grande timide « C’est un filtre pour moi de chanter en anglais, j’ai toujours chanté dans cette langue, cela ne veut pas dire que je ne chanterai jamais en français dans le futur ». Dans le titre Goldfish, elle s’inspire du monde aquatique et de la solitude que propose la plongée sous-marine. « Je fais de la plongée, et les profondeurs où on se sent seule avec les fonds marins sont des choses qui me parlent  ».

Paillette rajoute « Autant j’aime la solitude, autant cela me pèse parfois ». Le titre Goldfish lui va bien, elle qui aime la plongée, qui fait beaucoup de natation et qui est poisson en signe astrologique. Sur son disque, la jeune chanteuse propose des envolées instrumentales au clavier. On entendra aussi le violoncelle de Aude Rénoud, « j’ai travaillé avec elle sur un autre projet et comme j’aime le son du violoncelle, je lui ai demandé de collaborer avec moi sur le disque « To Hide ». Sa voix douce nous sublime avec ce côté mélancolique ».

Le clip de Paillette a été travaillé par un studio Stéphanois, celui de chez Auuna. « Ils sont très talentueux et en plus ils sont Stéphanois comme moi. J’ai un copain de fac qui travaille là-bas. Ils ont une équipe de vidéastes, de photographes et de graphistes ». Dans le clip « Goldfish » on note les reflets glacés des eaux sombres. On s’abandonne à la solitude bien loin justement d’une image de strass et de paillettes.

” Ça va être chouette de jouer chez moi, à domicile”

Elle sera le 30 juin au Festival Paroles et Musiques sur la scène Jean-Jaurès de Saint-Etienne à 12h30. « Ça va être chouette de jouer chez moi, à domicile. Ça va être aussi spécial car comme c’est en journée, à moi de capter les gens qui se baladent sur cette place. Ça va être un challenge ». Même si Paillette ne fait pas de la chanson française, ça reste de la chanson à texte et elle a tout à fait sa place dans la programmation de ce festival. « Je trouve que le festival,en terme desthétisme, me correspond bien ».

Pour le futur, et après quelques dates de concerts, Paillette va préparer un deuxième EP et continuer de travailler avec la salle de spectacles Stéphanoise Le Fil pour travailler sa stratégie de carrière. Vu comme ça, cela fait très cours d’école de commerce, mais une carrière artistique se travaille ! Paillette va rentrer en studio d’enregistrement au mois d’août pour la sortie d’un nouvel album au début de 2019. En attendant, consommez son dernier disque sans modération !

 




Vous aimerez lire aussi