Interview de Stéphane Valette (Gauche) : « Notre équipe sera enga­gée pour un ter­ri­toire éco­lo­gique exemplaire »

Stéphane Valette condui­ra la liste de gauche à Saint-Chamond. Cet ensei­gnant dans une grande école d’in­gé­nieurs a été pre­mier adjoint sous le man­dat de Philippe Kizirian. Celui-ci figu­re­ra d’ailleurs sym­bo­li­que­ment comme der­nier de liste.

Comme vous l’a­vez consta­té, à l’oc­ca­sion des élec­tions muni­ci­pales 2020, 42info.fr a créé une rubrique tem­po­raire. Nous pro­po­sons à un maxi­mum de can­di­dats des com­munes les plus impor­tantes de la Loire de répondre à trois ques­tions. Chaque inter­viewé se voit poser trois ques­tions et il dis­pose au total de 2500 signes pour y répondre. Certains élus répondent par­fois très briè­ve­ment, d’autres répondent à côté. Notre sup­port n’est pas res­pon­sable des ses dif­fé­rentes atti­tudes. Notre sou­hait est sim­ple­ment d’of­frir à des can­di­dats l’oc­ca­sion de mieux se faire connaître ain­si que leur pro­jet. Bonne lecture.

Comme le dit Françoise Fressoz, jour­na­liste au Monde, la gauche n’a pas le vent en poupe en ce moment. Quels seront vos thèmes de campagne ?

Les élec­tions muni­ci­pales de mars pro­chain consti­tuent une occa­sion unique d’apporter enfin le chan­ge­ment dont Saint-Chamond a besoin. En effet, la muni­ci­pa­li­té en place n’a pas su prendre les mesures néces­saires pour répondre aux urgences éco­lo­giques, sociales et démo­cra­tiques. C’est comme si Saint-Chamond était cou­pée du monde.

Quel reproche majeur avez-vous envie de for­mu­ler en direc­tion du maire de Saint-Chamond à la fin de ce mandat ?

Lors des six der­nières années, aucune vision n’a été pré­sen­tée aux saint-cha­mo­nais sur le mode de déve­lop­pe­ment com­mu­nal à pro­po­ser pour que notre ville devienne exem­plaire sur les ques­tions de chan­ge­ment cli­ma­tique, de bio­di­ver­si­té et d’écologie au sens large. Pire, notre com­mune a for­te­ment recu­lé sur les ques­tions de bio­di­ver­si­té en géné­ra­li­sant les coupes d’arbres dans les espaces publics. Saint-Chamond est pro­ba­ble­ment l’une des rares com­munes de France à avoir connu une réduc­tion du nombre de pistes cyclables urbaines !

Lors des six der­nières années, aucune stra­té­gie sur le plan de la soli­da­ri­té n’a été mise en place. Le monde change à grande vitesse, et notre ville, plu­tôt que d’anticiper les chan­ge­ments sociaux et éco­no­miques qui en découlent, a choi­si de les subir. Comment accep­ter qu’en pleine crise de gilets jaunes, en tout début d’année 2019, la muni­ci­pa­li­té ait choi­si de sup­pri­mer 150 000 euros de sub­ven­tion au centre com­mu­nal d’action sociale (CCAS) de la ville ? 150 000 euros sup­pri­més du bud­get d’accompagnement des plus fra­giles par­mi nos conci­toyens ! C’est une poli­tique extrê­me­ment régres­sive sur le plan de la soli­da­ri­té. La jeu­nesse aura sans aucun doute été la grande oubliée du man­dat qui s’achève : les jeunes auront subi de nom­breuses humi­lia­tions, que ce soit sur le quar­tier du Creux avec le démon­tage bru­tal des jeux pour enfants, du par­cours spor­tif et du city stade ou avec l’apparition d’interdictions de jeux dans de nom­breux espaces publics de la ville. Avec la jeu­nesse, c’est bien l’avenir de la ville qui est méprisé !

La démo­cra­tie a été la troi­sième grande absente du man­dat qui s’achève. Le trai­te­ment des élus de l’opposition lors des séances du conseil muni­ci­pal a régu­liè­re­ment tour­né au mépris, voire à l’humiliation. Les com­mis­sions muni­ci­pales n’ont jamais réel­le­ment fonc­tion­né sur les 6 années de man­dat : des simu­lacres de com­mis­sions ont ten­té de faire oublier ce vide démo­cra­tique. Les conseils citoyens de quar­tier ont été lais­sés à l’abandon, sans moyen et sans mis­sion. Mêmes les plus moti­vés d’entre eux ont sou­vent choi­si d’abandonner, étant dépour­vus d’un véri­table sou­tien dans leurs actions. L’absence de pro­jet démo­cra­tique a été exa­cer­bée par un recul inédit de la proxi­mi­té : les élus muni­ci­paux sont deve­nus injoi­gnables et les conci­toyens tou­jours plus esseulés.

L’accès à la connais­sance et à la culture pour tous, a été le qua­trième mar­queur d’un man­dat dédié à ceux qui ont déjà plus. L’accès à la média­thèque est deve­nu payant ; la fai­blesse de la sub­ven­tion muni­ci­pale pour l’accès à la culture pour chaque élève des écoles élé­men­taires ne per­met plus une réelle pra­tique artis­tique pour tous. Le conser­va­toire de musique n’a pas su créer les condi­tions d’un accès à la pra­tique musi­cale pour tous.

Si vous êtes élu, quel sera votre chan­tier prioritaire ?

Notre équipe sera tota­le­ment enga­gée pour rele­ver ces quatre défis et faire de Saint-Chamond un ter­ri­toire éco­lo­gique exem­plaire, bio-ins­pi­ré, un ter­ri­toire soli­daire de réfé­rence, un ter­ri­toire démo­cra­tique inno­vant et un ter­ri­toire artis­tique majeur.

Pat Françon

© Photo Stéphane Valette

Les autres infos