Interview de Jordan da Silva, Maire de Villars

Tren­te­naire, Jor­dan da Sil­va est un des plus jeunes maires de la Loire. Il a suc­cé­dé en cours de man­dat à Paul Celle, pré­sident de Cap Métro­pole et conseiller dépar­te­men­tal. Deux per­son­na­li­tés de gauche ont rejoint la liste de la majo­ri­té muni­ci­pale. Une liste de gauche sera aus­si pré­sente en mars pro­chain.

Deux conseillers d’op­po­si­tion vous ont rejoint. Com­ment rece­vez-vous ce ral­lie­ment ?

L’équipe Unis pour Vil­lars est faite de per­sonnes aux sen­si­bi­li­tés dif­fé­rentes, aux par­cours dif­fé­rents mais nous nous retrou­vons autour d’une même vision pour notre ville Dans l’équipe, cha­cun a la parole et chaque avis est pris en compte. Avec Rémy GODDE et Isa­belle GIRY-POYET, nous nous retrou­vons sur une majo­ri­té de sujets concer­nant Vil­lars. Rémy et Isa­belle s’inscrivent plei­ne­ment dans ce mode de fonc­tion­ne­ment, dif­fé­rent de celui qu’ils ont connu en 2014. Je suis très heu­reux que nous puis­sions tra­vailler ensemble dansl’intérêt géné­ral.

Que sou­hai­tez-vous incar­ner à tra­vers une liste sans éti­quette ?

Je ne crois pas que les appar­te­nances poli­tiques soient déter­mi­nantes quand il est ques­tion de net­toyer une rue ou de réamé­na­ger un espace public. Je pense qu’à l’échelle d’une com­mune c’est l’intérêt des habi­tants­qui doit pri­mer, pas les éti­quettes ou la poli­tique poli­ti­cienne. Notre équipe porte un pro­jet pour l’avenir deVil­lars mais cha­cun est libre dans ses convic­tions per­son­nelles. Cette équipe res­semble aux habi­tants, avec des membres de tout âge, de tout quar­tier et de tout hori­zon. Elle est à la fois expé­ri­men­tée et renou­ve­lée. Dans notre com­mune, nous sommes les seuls à incar­ner le ras­sem­ble­ment au-delàs des convic­tions per­son­nelles. Nous sommes Unis Pour Vil­lars, tout sim­ple­ment.

Votre com­mune a une ZAC, une zone d’a­mé­na­ge­ment concer­té. Ceci consti­tue-t- il votre prin­ci­pal chan­tier ?

Le réamé­na­ge­ment de l’Espace BEAUNIER est un pro­jet impor­tant lan­cé il y a plus de dix ans : nous allons le pour­suivre. Les normes envi­ron­ne­men­tales évo­luent et les phases de démo­li­tions et de dépol­lu­tions, ini­tiées en 2014, prennent un temps incom­pres­sible. Il en va de la pro­pre­té des sols sur les­quels nous allons recons­truire. Durant le man­dat 2020 à 2026 nous allons pas­ser à la phase de concré­ti­sa­tion. Notre volon­té est de faire de l’Espace BEAUNIER un éco-quar­tier. A terme, le quar­tier sera com­po­sé de 200 loge­ments indi­vi­duels ou col­lec­tifs, aux­quels s’ajouteront une rési­dence ser­vice séniors, un parc urbain, des zones pri­vi­lé­giées pour la mise en place de modes doux res­pec­tant ain­si la logique d’un déve­lop­pe­ment durable de cette zone.

Mais Vil­lars ne se résume pas à l’Espace BEAUNIER, et notre pro­jet non plus. Nous sou­hai­tons nous ins­crire plei­ne­ment dans une démarche ambi­tieuse éco­lo­gique et posi­tive pour la nature en la réins­tal­lant au cœur de la ville (écoles, com­plexe spor­tifs, etc.). Nous vou­lons éga­le­ment ren­for­cer notre attrac­ti­vi­té (tran­quilli­té publique, impôts locaux par­mi les plus bas de la strate, démo­cra­tie­par­ti­ci­pa­tive …), et déve­lop­per la soli­da­ri­té, la vie cultu­relle, la poli­tique édu­ca­tive, la vie asso­cia­tive etc. Dans les semaines à venir, nous pré­sen­te­rons une cen­taine de mesures pour l’avenir de Vil­lars.

Patrick Fran­çon

© Pho­to Jor­dan Da Sil­va

Les autres infos