Interview de Julien Luya aux municipales de Firminy

Nativus.fr

Julien Luya, attaché parlementaire de l’unique député LR de la Loire, Dino Cinieri, siège au conseil municipal sous les couleurs de l’association Union pour Firminy. Il conduit une des deux listes d’opposition à l’ancien maire communiste, Marc Petit.

Compte tenu de la condamnation du maire pour agression sexuelle, dans quel climat se déroule cette élection ?

Cette élection et donc le devenir de la commune sont fortement pollués par les affaires judiciaires de Marc Petit. Il est le seul responsable de cette situation puisque malgré deux condamnations pénales il a décidé de briguer un nouveau mandat. Dans ce contexte, il est difficile d’aborder les questions de fond, car il est tellement inconcevable qu’un homme condamné deux fois pour une agression sexuelle avérée puisse se présenter à des élections, que cela suscite de nombreuses interrogations légitimes, notamment de la part des médias.

Quels sont les priorités que les Appelous vous demandent de mettre en avant ?

Depuis six ans nous nous efforçons de travailler dans le plus grande proximité avec les Appelous pour, justement, élaborer un projet qui corresponde à leurs attentes et leurs aspirations.

Les problématiques que nos concitoyens mettent en avant sont la dégradation de leur cadre de vie, l’insécurité grandissante et la déprise commerciale de notre centre-ville. Sur ces questions nous avons le devoir d’agir avec conviction et de faire des propositions concrètes que nous estimons en capacité d’apporter des solutions.

Pour répondre à ces enjeux majeurs, nous pensons qu’il est nécessaire de mettre en œuvre un véritable projet d’urbanisme susceptible de rendre son attractivité à la commune, notamment au centre-ville. Face aux incivilités, les élus, et en premier lieu le maire, devront faire preuve d’autorité et réinvestir le terrain. Il nous faudra aussi étoffer et réorienter les missions de notre police municipale et de nos ASVP vers la tranquillité publique, réorganiser le service propreté pour le rendre plus efficace. Nous développerons enfin de nouvelles animations en lien avec tous nos partenaires locaux. Plus globalement, sur ces thématiques, comme sur toutes les autres, Firminy a besoin d’idées neuves et d’un profond changement.

Firminy n’est plus représentée au sein de l’exécutif de la Métropole. Cette situation peut-elle durer ?

Effectivement cette situation est hautement nuisible pour la commune car aujourd’hui chacun sait que la Métropole concentre l’essentiel des pouvoirs et des compétences qui impactent notre quotidien. Il faut donc reprendre des responsabilités fortes au sein de la Métropole, c’est ma volonté ainsi que celle de l’équipe que je mène, notamment sur une thématique cruciale pour Firminy que pourrait être le logement. De ce point de vue, il est important d’informer les Appelous que Marc Petit, du fait de ses condamnations pénales ne peut plus prétendre à une fonction de vice-président au sein de l’exécutif de la Métropole. En se portant de nouveau candidat à Firminy, je considère donc qu’il se détourne de la mission d’intérêt général qui incombe à un élu de la République, ne préférant retenir que son petit intérêt personnel.

Pat Françon