La doyenne du dépar­te­ment est décédée

A 107 ans, elle est décé­dée serei­ne­ment dans son som­meil la nuit du jour de l’an.

Delphine Sabot né Paret, née le 6 mars 1911 à Annonay disait « Le tra­vail c’est la san­té », et disait devoir sa lon­gé­vi­té à l’amour du tra­vail. A 20 ans elle épouse Marcel Sabot le 9 février 1931.

Le couple s’installe à Saint-Julien et exploite un com­merce de chaus­sures qui connaî­tra une grande popu­la­ri­té sur les foires et les mar­chés du département.

Ils se dépla­çaient sur les mar­chés dès 5h pour trou­ver un bon empla­ce­ment à Saint-Julien, Satillieu, Annonay, Pélussin, Bourge-Argental…

Vers 15 h, ils reve­naient avec leur camion­nette Renaud pour ouvrir leur maga­sin à Saint-Julien jusqu’à 19h. Et après le dîner, la jour­née n’était pas finie puisqu’il fal­lait faire l’inventaire et rechar­ger le camion pour le départ du lendemain.

Sa dis­pa­ri­tion a tou­ché toute la popu­la­tion locale, elle connais­sait beau­coup de monde de par son tra­vail de com­mer­çante mais aus­si de par son sens du contact, elle aimait rire et dis­cu­ter avec tout le monde. Delphine a eu cinq enfants.

Les autres infos