La Grand-Croix : il frappe son enfant de 6 ans car il n’arrive pas à lire

Ce papa annonce ne pas sup­por­ter sa vie d’homme au foyer. Il dit avoir per­du les pédales. Il est jugé devant le tri­bu­nal pour des mal­trai­tances sur ses enfants.

Sergio a 6 ans, il est en classe de CP à La Grand-Croix. Chaque soir, le petit gar­çon est anxieux. Il sait que son père peut à tout moment le frap­per. Au tri­bu­nal il explique « Papa s’énerve sou­vent ». A chaque fois que l’enfant hésite ou se trompe devant ses cahiers, son père le frappe. Ce père est dur avec son fils.

C’est le petit gar­çon qui raconte le mieux ce que ce père lui fait endu­rer « Ma tête est tel­le­ment dure que la cein­ture est reve­nue tout de suite sur papa, le coup était très fort ». Le petit gar­çon explique devant la cour que son papa frappe même quand les devoirs sont bien faits. Le petit Sergio n’est pas le seul à être mal­trai­té. Un soir l’un des frères est emme­né aux Urgence, car le père craint de lui avoir cas­sé le bras.

Le père recon­naît avoir « pété un câble ». « A cette époque, je n’allais pas bien. J’étais un homme au foyer pour per­mettre à ma femme de retra­vailler. Mais cette vie n’était pas pour moi. A son avo­cat, l’enfant dira « Tu diras à papa qu’il ne tape plus ». D’après son ex-com­pagne, l’homme aurait fait le ménage dans sa vie. Il est en ins­tance de divorce avec la mère de ses enfants et il maî­trise aujourd’hui son impulsivité.

Il voit ses enfants un week-end sur trois et les enfants sont contents de voir leur papa.Le pro­cu­reur fait remar­quer que, dans cette famille, la vio­lence est gra­tuite mais note que les choses s’améliorent. Le tri­bu­nal condamne de père de famille à trois mois de pri­son avec sur­sis, avec une mise à l’épreuve de deux ans et une obli­ga­tion de soins.



Les autres infos