La Talaudière : La prison bloquée par le personnel

A Roanne, mais aus­si à La Talaudière, les sur­veil­lants péni­ten­ti­aires ont blo­qué les pris­ons.

Ils étaient 80 à Roanne devant le cen­tre de déten­tion à l’appel des syn­di­cats comme la CGT, FO et l’UFAP UNSA. Dès ce matin 6h, les entrées et les sor­ties des pris­ons étaient blo­quées. Per­son­ne ne pou­vait entr­er ni même sor­tir.

Dans toute la France des actions ont mené des opéra­tions « Pris­ons Mortes ». Les reven­di­ca­tions sont nationales : “Il faut plus de sécu­rité, plus de moyens, plus de per­son­nel” nous explique un des gar­di­ens de la prison de La Talaudière. Dans la Loire les sur­veil­lants man­i­fes­tent pour soutenir leurs col­lègues agressés dans le Pas de Calais.

La police est inter­v­enue calme­ment ce lun­di 15 jan­vi­er 2018 à la mai­son d’arrêt de La Talaudière pour per­me­t­tre les extrac­tions de détenus.  Les grévistes ont per­tur­bé le fonc­tion­nement quo­ti­di­en des pris­ons, de la tenue des par­loirs à l’ap­pro­vi­sion­nement de la can­tine.

Les Syn­di­cats deman­dent plus de moyens matériels et des sur­veil­lants sup­plé­men­taires.

Le mou­ve­ment était par­ti­c­ulière­ment suivi à la prison de Vendin-le-Vieil où une cen­taine de gar­di­ens blo­quait à nou­veau et“qua­si­ment totale­ment” cet étab­lisse­ment inau­guré en mars 2015.

Trois gar­di­ens y avaient été blessés à l’arme blanche par l’is­lamiste alle­mand Chris­t­ian Ganczars­ki, un des insti­ga­teurs de l’at­ten­tat con­tre la syn­a­gogue de Djer­ba (Tunisie), qui avait fait 21 morts en avril 2002.

Les autres infos