L’ASSE déplore un manque de res­pect de la LFP

Dans un com­mu­ni­qué sur son site inter­net, l’ASSE déplore un manque  un manque de res­pect humain et professionnel. 

Le club écrit :

L’AS Saint-Etienne regrette vive­ment les condi­tions dans les­quelles le report de son match, comp­tant pour les 16e de finale de la Coupe de la Ligue ce mer­cre­di 31 octobre à Nîmes, a été décidé.

Le club ne conteste pas le bien-fon­dé de cette déci­sion, compte tenu de l’état du ter­rain, des condi­tions cli­ma­tiques et de la néces­si­té de pré­ser­ver l’intégrité phy­sique des joueurs  mais déplore le manque d’anticipation et les ter­gi­ver­sa­tions de la Ligue de Football Professionnel.  Alors que le dépar­te­ment du Gard avait été pla­cé, dès la veille de la ren­contre, en vigi­lance orange pluie-inon­da­tion pour toute la jour­née d’hier et jusqu’à 22 heures, cette absence de pro­fes­sion­na­lisme a obli­gé les deux clubs à prendre toutes les dis­po­si­tions néces­saires pour orga­ni­ser et dis­pu­ter cette rencontre.

En outre, de nom­breux sup­por­ters sté­pha­nois ont effec­tué une grande par­tie du dépla­ce­ment jusqu’à Nîmes pour fina­le­ment apprendre, deux heures avant le coup d’envoi du match, que celui-ci ne pour­rait pas se dérou­ler. L’ASSE par­tage leur colère et leur frus­tra­tion en consta­tant une nou­velle fois que leur enga­ge­ment n’est pas pris en compte. Plusieurs d’entre eux ont en effet posé un jour de congé et consen­ti des efforts finan­ciers pour pour­voir encou­ra­ger leur équipe loin de Saint-Etienne. La LFP n’a pas mesu­ré les consé­quences d’une déci­sion tar­dive et unilatérale.

Le club compte défendre auprès de la LFP ses inté­rêts et ceux de ses supporters.



Les autres infos