Le Méliès vous propose son pass Ciné-Club

Cinéphiles et amateurs de bons vieux films, le Méliès vient d’annoncer le programme du premier trimestre de sa collection de films diffusés dans le cadre du ciné-club Plan(s) Libre(e).

Le ciné-club de l’enseignement supérieur de Saint-Etienne est ouvert à tous. Bien installé dans la salle du cinéma Saint-François, vous pourrez découvrir 8 films cultes de cette nouvelle collection de rentrée. Le Méliès propose un pass semestriel pour voir l’ensemble des 8 films pour 20€. Le pass est en vente dans les deux cinémas Méliès, Jean-Jaurès et Saint-François.

Première séance le 11 octobre 2018 avec le monumental Shining de Stanley Kubrick. Suivi le même soir par Freak de Tod Browning.

Photo Jack Nicholson

SHINING : Jack Torrance, gardien d’un hôtel fermé l’hiver, sa femme et son fils Danny s’apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Danny, qui possède un don de médium, le “Shining”, est effrayé à l’idée d’habiter ce lieu, théâtre marqué par de terribles évènements passés…

FREAKS : Des êtres difformes se produisent dans un célèbre cirque, afin de s’exhiber en tant que phénomènes de foire. Le liliputien Hans, fiancé à l’écuyère naine Frieda, est fasciné par la beauté de l’acrobate Cléopâtre. Apprenant que son soupirant a hérité d’une belle somme, celle-ci décide de l’épouser pour l’empoisonner ensuite avec la complicité de son amant Hercule. Mais le complot est découvert, et les amis de Hans et Frieda vont se venger…

Deuxième séance le 18 octobre avec Vol au-dessus d’un nid de coucou, grand classique de Milos Forman et Titicut follies, film documentaire de Frederick Wiseman.

Photo Jack Nicholson

VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COUCOU : Rebellion dans un hôpital psychiatrique à l’instigation d’un malade qui se révolte contre la dureté d’une infirmière.

TITICUT FOLLIE : Bridgewater (Massachusetts), 1967. Frederick Wiseman tourne Titicut Follies, son premier film, dans une prison d’État psychiatrique et atteste de la façon dont les détenus sont traités par les gardiens, les assistants sociaux et les médecins à l’époque. Ce qu’il révèle a valu au film d’être interdit de projections publiques aux États-Unis pendant plus de 20 ans. Témoin discret et vigilant des institutions, Frederick Wiseman pose, avec Titicut Follies, les bases de ce qui fait son cinéma depuis 50 ans.

On remet ça le 15 novembre pour une belle soirée classic movie et deux grands films. Les Raisins de la Colère de John Ford avec Henry Fonda et There will be blood de Paul Thomas Anderson qui a été nominé deux fois aux Golden Globe.

Photo Henry Fonda, John Ford

LES RAISINS DE LA COLERE : Un jeune homme rentre à la ferme familiale en Oklahoma, après avoir purgé une peine de quatre ans de prison pour homicide involontaire. La Grande Dépression sévit alors et comme beaucoup d’autres fermiers, sa famille est chassée de son exploitation. Ensemble, ils partent à travers le pays dans l’espoir de trouver, un jour, du travail en Californie. C’est le début d’un périple éprouvant, de camps de réfugiés en bidonvilles de fortunes, dans une Amérique en proie à la misère et à l’oppression…

THERE WILL BE BLOOD : Lorsque Daniel Plainview entend parler d’une petite ville de Californie où l’on dit qu’un océan de pétrole coulerait littéralement du sol, il décide d’aller tenter sa chance et part avec son fils H.W. à Little Boston. Dans cet endroit perdu où chacun lutte pour survivre et où l’unique distraction est l’église animée par le charismatique prêtre Eli Sunday, Plainview et son fils voient le sort leur sourire.
Même si le pétrole comble leurs attentes et fait leur fortune, plus rien ne sera comme avant : les tensions s’intensifient, les conflits éclatent et les valeurs humaines comme l’amour, l’espoir, le sens de la communauté, les croyances, l’ambition et même les liens entre père et fils sont mis en péril par la corruption, la trahison… Et le pétrole.

Dernière séance du premier semestre le 13 décembre. Avant de partir en vacances de Noël rendez-vous avec le cultissime Chantons sous la Pluie de Stanley Donen avec Gene Kelly. On reste dans la danse pour la soirée avec The Blues Brothers, de John Landis, aussi réalistateur du film Le loup Garou de Londres et de clip dogme « Thriller » de Michael Jackson.

PHOTOS GENE KELLY

CHANTONS SOUS LA PLUIE : Eugene Curran Kelly, dit Gene Kelly, connu pour ses rôles dans de grandes comédies musicales hollywoodiennes des années cinquante, nait à Pittsburgh au début du siècle dernier. Il y est élevé, au sein d’une famille nombreuse, par un père vendeur de phonographes et une mère qui initie très tôt ses enfants à la danse. A 8 ans, il monte sur scène pour la première fois en se produisant dans des spectacles amateurs. Cependant, le jeune Gene préfère le sport comme le hockey sur glace, la natation et la gymnastique, et ambitionne même de rejoindre un jour l’équipe de baseball de sa ville. Cet amour du sport se répercutera plus tard dans son style de danse très athlétique.D’ailleurs, la danse le rattrape bien vite et en 1932 la famille Kelly ouvre un studio de danse : The Gene Kelly Studio of Dance, studio au sein duquel Gene Kelly donne des leçons.

THE BLUES BROTHERS : Dès sa sortie de prison, Jake Blues est emmené par son frère Elwood chez Soeur Mary Stigmata, qui dirige l’orphelinat dans lequel ils ont été élevés. Ils doivent réunir 5 000 dollars pour sauver l’établissement, sinon c’est l’expulsion.

Pour plus d’infos et suivre l’actualité du Ciné-Club rendez-vous sur la page Facebook en cliquant ICI.

Donnez votre avis sur notre page Facebook



Vous aimerez lire aussi