Le plus grand mythomane de la Loire arrêté

L’homme était partout et avait plusieurs iden­tités. Le mythomane racon­tait à qui voulait l’entendre qu’il était « Prince », « Grand chef d’entreprise » et encore « mil­liar­daire ». Et ça pas­sait. Comme l’expression le dit : « Plus c’est gros plus ça passe ».

Tout a com­mencé chez nous dans la Loire, du côté de Mont­bri­son. Il pre­nait des cham­bres d’hôtel et par­tait sans pay­er. Il a fait ça dans plusieurs endroits en France. Ce voyageur se débrouil­lait pour qu’on n’arrive pas à le retrou­ver changeant au gré du vent son pro­fil. Il n’était jamais le même. Changeant de nom, de méti­er et d’importance. Et tout le monde l’a cru.

“un grand chef d’entreprise alle­mand imi­tant même l’accent de la langue”

Pour la gen­darmerie de la Loire : « L’homme avait pour habi­tude de mul­ti­pli­er les iden­tités. Toutes plus loufo­ques les unes que les autres ». Il était à la fois un grand chef d’entreprise alle­mand imi­tant même l’accent de la langue. Il dis­ait à celui qui voulait l’entendre qu’il était dans le luxe. Il ouvrait des sociétés fab­ri­quant du cham­pagne et du caviar. Et ça pas­sait.

“Un tour de France de filouterie”

Il avait le chic pour par­tir sans pay­er dans les restau­rants. « L’individu avait pris un ren­dez-vous auprès d’une agence immo­bil­ière à Saint-Galmi­er pour vis­iter un bien immo­bili­er lux­ueux, et auquel il ne se rend finale­ment pas. » Après son tour de France de filouterie, l’homme est arrêté dans l’Isère. Il avait déjà réservé un hôtel sur place. Les forces de l’ordre ont pu le récupér­er suite à une enquête poussée. « On n’a eu qu’à le cueil­lir » nous explique-t-on. Mais pour ça les enquê­teurs ont dû être patients. Les gen­darmes ont pris con­tact avec leurs homo­logues à Mont­bri­son. « On le tient ». À Mont­bri­son, il est en garde à vue. L’homme va recon­naître les faits. Il va être con­vo­qué très vite au tri­bunal pour expli­quer ses actes. Il encourt jusqu’à plusieurs années de prison. Et il n’aura pas intérêt à men­tir face au juge.

A lire aus­si : Le Zénith de Saint-Eti­enne vie une sit­u­a­tion cat­a­strophique 

Les autres infos