L’Etat va définir la liste des produits nocifs

C’est une info du JDD de ce dimanche. La ministre de la Tran­si­tion éner­gé­tique pré­pa­re­rait un pro­jet de loi pour enca­drer, voire inter­dire, la publi­ci­té de pro­duits jugés nocifs pour l’environnement ou la san­té. 

De nombreux produits visés 

Fini la publi­ci­té pour les véhi­cules rou­lant à l’essence ou au Die­sel, les publi­ci­tés pour le Nutel­la ou encore pour les com­pa­ra­teurs de vols d’avions. Plus de publi­ci­té d’enseignes de vête­ments aus­si, à cause d’une empreinte car­bone trop impor­tante. Ce qu’il va donc dras­ti­que­ment réduire les cou­pures pub pour le grand plai­sir de nos soi­rées TV dans la Loire

De grosses pertes pour un secteur déjà touché

Avec le confi­ne­ment, le sec­teur de la publi­ci­té a déjà été très tou­ché par la période du confi­ne­ment. Le syn­di­cat natio­nal de la publi­ci­té télé­vi­sé a confié au JDD esti­mer les pertes à un mil­liard d’euros si cette mesure est prise. Ce pro­jet de loi est en fait issu d’une demande de la Conven­tion citoyenne pour le cli­mat pour « réduire les inci­ta­tions à la sur­con­som­ma­tion ». 

De toute évi­dence, la publi­ci­té fonc­tionne et incite à l’achat. Même à Saint-Etienne. Sinon, aucun annon­ceur ne dépen­se­rait autant. Donc, on peut sup­po­ser que l’interdiction de publi­ci­tés de tels pro­duits limi­te­ra l’achat de ceux-ci. Le risque : que le sec­teur de l’aéronautique et de l’automobile, indus­tries par­ti­cu­liè­re­ment impor­tantes en France, soient encore plus en souf­france. 

Que sont les produits nocifs ? 

Mais le pro­blème reste la défi­ni­tion des pro­duits dits « nocifs » : un jam­bon-beurre est aus­si nocif qu’un ham­bur­ger (quand ils sont consti­tués de pro­duits de qua­li­té équi­va­lente)… Quelles seront les pates à tar­ti­ner « bonnes » et « mau­vaises » ?

Mais sur­tout, l’inquiétude pro­vient du carac­tère tou­jours plus direc­tif de l’Etat. Même s’il s’agit sous l’angle de la publi­ci­té et non de la com­mer­cia­li­sa­tion, il revien­dra à l’Etat de déter­mi­ner les pro­duits nocifs pour la san­té et l’environnement. Déjà le tabac, puis l’alcool, et main­te­nant des pro­duits de grande consom­ma­tion.

Chloé Dufour

Les autres infos