L’incendiaire de la rue de la Montat entendait des voix





Le samedi 27 avril, à 5 heures du matin, Ali met le feu au 11eme étage de la tour où il habite. Le 140B de la rue de la Montat à Saint-Etienne. Ce jour-là, les voisins ont eu la peur de leur vie.

La porte de leur logement flambait. Ils sont prisonniers dans leur appartement. Il y a une très forte odeur de white-spirit et ici tout le monde est bloqué chez soi. Heureusement, les pompiers ont pu intervenir à temps. Ils retrouvent un homme caché chez un voisin. Dans l’appartement du pyromane, on retrouve de nombreuses bouteilles vides de liquide inflammable.

« Oui des gens auraient pu mourir dans leur appartement »

Arrêté, l’homme explique avoir acheté les produits inflammables au Géant Casino de Monthieu. Sur la vidéo surveillance du supermarché, on le voit, Ali, prendre le produit et tenter d’y mettre le feu. Fort heureusement, ici il n’y arrivera pas. Ali a 49 ans. Il est présent pour son procès à Saint-Etienne pour une comparution immédiate.

L’homme est suivi en psychiatrie. Le juge lui demande « Vous avez conscience de ce que vous avez fait ? ». Ali a le regarde vide. Il bredouille « oui, un drame ». « Oui des gens auraient pu mourir dans leur appartement » continue le juge. Lorsque on lit l’expertise psychiatrique, Ali reste silencieux. « Il a été hospitalisé plusieurs fois en psychiatrie, il souffre d’une abolition totale du discernement au moment des fait » explique le médecin. Ali ne serait pas accessible à une sanction pénale.

Pour l’avocat de Cité Nouvelle, le bailleur social de l’immeuble, la responsabilité civile d’Ali doit être retenue afin qu’il paie les dégâts qui ne seront pas remboursés par les assureurs. Le procureur de la République veut un internement d’Ali en hôpital psychiatrique, une interdiction de paraître dans l’immeuble et interdiction de contacter les victimes. L’avocat d’Ali valide la demande. Ali expliquera qu’il a entendu des voix qui lui ont demandé de mettre le feu à l’immeuble. Les fait auraient pu être beaucoup plus dramatiques. Les victimes ont eu chaud.