Loire : Les bars et res­tau­ra­teurs en colère

L’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) a appe­lé à des ras­sem­ble­ments par­tir du ven­dre­di 2 octobre à 11 h 45, en fai­sant cette injonc­tion au gou­ver­ne­ment : “Laissez-nous tra­vailler !”. Face à la menace de nou­velles fer­me­tures géné­ra­li­sées des bars et res­tau­rants dans la Loire.

L’Umih monte le ton. Et ouvre un deuxième front, dans la rue cette fois. Les négo­cia­tions fermes, mais cour­toises avec le Gouvernement ne suf­fisent plus à leurs yeux. L’Union appelle cette fois à une mobi­li­sa­tion de grande ampleur et à battre le ter­rain médiatique. 

Le chef étoi­lé, Philippe Etchebest avait com­mu­ni­qué sur les dans les médias. Il en attri­bue la pater­ni­té à l’Umih et compte la sou­te­nir acti­ve­ment. Le chef très média­tique (Top Chef, Cauchemar en cui­sine) appelle sor­tir paci­fi­que­ment chaque ven­dre­di à 11h45. Un ren­dez-vous pour les patrons de bars, les res­tau­ra­teurs et les clients. Et à faire du bruit pen­dant une minute, pour « ne pas mou­rir en silence », déclame-t-il. «On nous enfonce encore plus pour nous noyer» explique-t-il à l’AFP.

Nouvel argu­men­taire contre les fer­me­tures dans la Loire

Sous le slo­gan « Laissez-nous tra­vailler », l’Umih entre désor­mais en guerre ouverte contre les nou­velles fer­me­tures admi­nis­tra­tives. Celles déjà en vigueur depuis quelques jours dans 12 grandes métro­poles, dont Saint-Étienne. Les bars doivent fer­mer à 22h dans les 53 com­munes de Saint-Étienne Métropole, mais éga­le­ment à Roanne, Riorges, Le Coteau et Mably. Décision de la Préfecture de la Loire.

L’État som­mé de s’expliquer sur l’efficacité contes­tée de ces fer­me­tures à Saint-Etienne

Un dis­cours qui trouve un cer­tain écho dans l’opinion publique aujourd’hui. Opinion très hété­ro­gène, pour tran­cher dans ce débat qui devient inflam­mable, l’Etat devra four­nir, plus qu’il ne l’a fait jusqu’à maintenant.

Téléchargez le dos­sier de presse de l’UMIH : 

Les autres infos