Loïs Diony dézingué par son ancien agent

Christophe Hut­teau était l’in­vité de l’émis­sion “Le Ves­ti­aire” sur SFR Sports.

Christophe Hut­teau, agent de joueurs, est revenu sur le début de car­rière com­pliqué de Loïs Diony, qu’il a eu dans son porte­feuille de clients pen­dant quelques mois. Vis­i­ble­ment, l’a­gent ne garde pas un très bon sou­venir de sa col­lab­o­ra­tion avec le désor­mais avant-cen­tre de l’ASSE, l’af­fublant de l’é­ti­quette d’id­iot-bête.

je veux gag­n­er 15 000€ comme les autres

C’est tou­jours très dif­fi­cile d’être agent. Vous pou­vez vivre de réelles injus­tices, on a par­lé de celle de Math­ieu Val­bue­na, j’en aurais d’autres à vous racon­ter. La plus récente est celle de Loïs Diony. Diony, for­mé à Bor­deaux, viré par Bor­deaux, il va à Nantes il est viré à Nantes, il va à Mont-de-Marsan, Mont-de-Marsan se trou­ve à 70km de chez moi, en CFA, je vais le voir, voir l’équipe. (…) Je vois ce garçon, il a des qual­ités. Je me mets en rela­tion avec Dijon, il signe à Dijon ! Ce qui est déjà extra­or­di­naire, le garçon a été rejeté partout, de CFA il va à Dijon en Ligue 2 à ce moment là. Il com­mence à faire ses match­es, il en fait une dizaine. Au bout de 10 match­es, il a la tête qui explose et me dit : ‘Écoute Christophe, je gagne à peu près 4000€ par mois’, il en gag­nait 500 ou 600 à Mont-de-Marsan, déjà il y avait eu une sacrée cul­bute. Il me dit ‘je veux gag­n­er 15 000€ comme les autres. Il faut que tu ailles voir le prési­dent, sinon je te vire’ ”, explique l’a­gent, avant de pour­suiv­re.

Je lui dis ‘tu peux me vir­er de suite. je ne vais pas voir le Prési­dent. Tu as dis­puté 10 match­es en Ligue 2. Il faut rester sérieux, tra­vailles, prou­ves et une fois que tu auras prou­vé on pour­ra peut-être deman­der 20 ou 25 000€.’ Le garçon, à la fin du con­trat, il m’a viré et aujour­d’hui il a signé à Saint-Eti­enne pour 10M€. J’au­rai gag­né beau­coup d’ar­gent, mais ça fait par­tie de la règle du jeu. (…) Pour moi Diony est un idiot-bête, tant pis pour lui ! On ver­ra ce qu’il fera mais je lui souhaite que du bien. Même à mon pire enne­mi, je ne lui souhaite pas de mal. J’ob­serve juste qu’il a déjà quelques dif­fi­cultés à Saint-Eti­enne…

 

Les autres infos