Orelsan bien­tôt inter­dit de festivals ?

Après le pas­sage du rap­peur nor­mand au Festival Art Rock, un élu sou­haite créer une charte pour ” pros­crire les chan­teurs aux chan­sons sexistes “.

Du 18 au 20 mai 2018, le fes­ti­val Art Rock se dérou­lait du côté de Saint-Brieuc avec comme tête d’af­fiche Orelsan. Thibaut Guignard, un élu des Côtes-d’Armor cho­qué par les pro­pos du chan­teur. Au len­de­main du concert de clô­ture don­né par Orelsan, le pre­mier vice-pré­sident du conseil dépar­te­men­tal des Côtes-d’Armor poste un mes­sage sur son compte Facebook où il s’est dit cho­qué notam­ment du titre “Note pour trop tard”.

“Certains cou­plets chan­tés hier soir, qui ne figurent pas dans cette ver­sion, étaient encore plus obs­cènes, d’une vul­ga­ri­té sans nom. Leur vul­ga­ri­té est telle que je ne peux les retrans­crire ici.”

“J’ai donc quit­té le concert en me posant la ques­tion de savoir s’il était nor­mal que de telles pro­gram­ma­tions inter­viennent dans un fes­ti­val lar­ge­ment finan­cé par l’argent public”

Le Festival Art Rock défend la liber­té d’ex­pres­sion, basique

L’élu bre­ton demande ain­si la mise en place d’une charte qui pros­cri­rait les artistes aux chan­sons xéno­phobes, racistes ou encore sexistes. Un coup de gueule qui prend de l’am­pleur au point même que l’or­ga­ni­sa­tion du Festival a réagi. Les orga­ni­sa­teurs assument tota­le­ment leur choix et refusent l’i­dée de créa­tion d’une charte. La ville de Saint-Brieuc a éga­le­ment pris posi­tion contre l’é­lu et refuse toute forme de censure.

Orelsan de son côté n’a pas réagi aux pro­pos. Habitué aux polé­miques, der­nière en date, après ses trois vic­toires de la musique en février der­nier. Quoi qu’il en soit, le rap­peur conti­nue de car­ton­ner avec son der­nier album “La Fête est finie”. Sa tour­née affiche presque complète.

 

Photo: ©Art Rock Festival



Les autres infos