Pizzeria Le Stromboli : Ils cachent 400 000 euros de recettes au fisc

Giuseppe Urso, 33 ans et sa femme Rose-Marie, 50 ans, sont à la tête d’une entre­prise de vingt sala­riés : Le Stromboli, au 5 place Jean-Jaurès, l’Annexe rue Berthon et l’historique Stromboli rue Michel-Servet à Saint-Etienne. Le couple a caché 400 000 euros de recettes au fisc. Pour madame, 3 mois de pri­son avec sur­sis, et pour mon­sieur, 6 mois avec sur­sis. Avec, en plus, une très lourde amende.

Au tri­bu­nal, Giuseppe Urso, le patron du Stromboli explique qu’il est débor­dé et que la comp­ta­bi­li­té « c’est du bou­lot en plus à gérer et que ce n’est pas facile ».  Mais le pré­sident de l’audience n’est pas convain­cu. « Vous n’êtes pas une petite entre­prise ». A l’audience, on s’étonne que ce patron n’ait pas de comp­table. « Je n’en ai plus, on a arrê­té d’un com­mun accord ». Cette der­nière phrase ne passe pas pour le pré­sident du tribunal.

En 2015, le fisc contrôle Le Stromboli. Il tombe sur une drôle de comp­ta­bi­li­té très « anar­chique » et notam­ment sur les ventes à empor­ter. Les boîtes de piz­zas uti­li­sées sont comp­tées par rap­port au nombre de piz­zas ven­dues. Et là c’est le drame. Ça ne colle pas.

Le couple d’entrepreneurs explique que des boites de piz­zas sont don­nées aux employés pour empor­ter les restes chez eux. Et puis il y a les cartes de fidé­li­té qui donnent des piz­zas gra­tuites, puis les dog­gy bags. Mais pour le pré­sident du tri­bu­nal, ça n’explique pas les 400 000 euros au black. Le patron du Stromboli devra payer les péna­li­tés dues au fisc. Marie-Rose Urso, elle, devra payer 3000 euros d’amende et est condam­née à trois mois de pri­son avec sur­sis. Son époux écope de six mois avec sur­sis et 7000 euros d’amende.



Les autres infos