Première en France : un ex pré­sident de la répu­blique dans le box des accusés

Sur le site de BFMTV aujourd’­hui  on peut lire que : Nicolas Sarkozy, dans le box des accu­sés, pour­sui­vi pour cor­rup­tion et tra­fic d’influence, c’est une image que l’on avait jamais vu. Il com­pa­raît dans l’affaire dite “des écoutes”.

Jacques Chirac avait bien été jugé en 2011 pour les emplois fic­tifs de la mai­rie de Paris, mais il n’é­tait pas venu à son pro­cès, il avait pré­sen­té un cer­ti­fi­cat médical.

Nicolas Sarkozy, lui, sera ce lun­di dans le tri­bu­nal mais sans doute pas pour très long­temps. Parce qu’un de ses co-accu­sés, l’ancien magis­trat Gilbert Azibert, 74 ans, devrait être absent avec un cer­ti­fi­cat disant qu’il n’est pas en état de comparaître.

Logiquement, la pré­si­dente devrait deman­der une exper­tise médi­cale, et les audiences seraient alors sus­pen­dues le temps de faire cette exper­tise. Le pro­cès Sarkozy pour­rait ne réel­le­ment com­men­cer que dans quelques jours.

Que reproche-t-on à Sarkozy ?

D’avoir peut-être ten­té d’é­chan­ger des infor­ma­tions confi­den­tielles contre un coup de pis­ton. En 2013, Nicolas Sarkozy attend une déci­sion impor­tante de la Cour de cas­sa­tion dans l’affaire Bettencourt (pour laquelle il a obte­nu un non lieu).

Son avo­cat, Thierry Herzog est en contact avec l’avocat géné­ral auprès de la Cour de cas­sa­tion, Gilbert Azibert. Et Thierry Herzog appelle Nicolas Sarkozy pour lui lais­ser entendre que le magis­trat pour­rait les aider mais qu’en échange il fau­drait l’aider à obte­nir un poste pres­ti­gieux à Monaco.

Les écoutes télé­pho­niques ont enre­gis­tré l’avocat disant à l’ancien pré­sident en par­lant du magis­trat. “Il m’a par­lé d’un truc. Il aurait besoin d’un coup de pouce pour Monaco.” Et Nicolas Sarkozy répond dans un autre coup de fil. “Ok dis lui que je m’en occupe, je vais en par­ler au Prince.”

Les autres infos