Saint-Etienne: grève des livreurs à vélos

Conditions de tra­vail into­lé­rables pour cer­tains, manque à gagner pour d’autres, les livreurs sont en colère. Ils le disent. Dimanche soir, les habi­tants ont pu voir un ras­sem­ble­ment devant plu­sieurs res­tau­rants, près de 150 livreurs devant de grandes enseignes comme Burger King, McDonald’s, Quick, O’Tacos et KFC.

Montrer un mécon­ten­te­ment un dimanche soir quand les habi­tants sont chez eux, ce n’est pas le bon moment, mais un des livreurs rétorque. « Le dimanche soir c’est impor­tant, c’est un moment où les gens com­mandent en masse pour évi­ter de faire à man­ger, ils ont déjà des tas de trucs à pré­pa­rer pour redé­mar­rer la semaine ».

Les livreurs expliquent que leurs rému­né­ra­tions ont bais­sé de 30%. Ces indé­pen­dants versent 22% à l’Urssaf. « Il ne nous reste pas beau­coup ». Ils n’ont pas le droit au chô­mage ni aux aides. « Pas d’aides au loge­ment pour nous.

Les auto entre­pre­neurs comme nous n’ont pas le droit à la retraite ».

Sur les appli­ca­tions des entre­prises de livrai­son, on pou­vait lire « com­mande momen­ta­né­ment indis­po­nible ». Pour le moment Uber Eats et Deliveroo n’ont pas don­né de réponse à cette grève.

Les autres infos