Selon des experts, le covid-19 pour­rait s’attraper dans l’air

Ils sont 239 scien­ti­fiques de tous les pays qui pensent que le coro­na­vi­rus pour­rait se répandre dans l’air. Ils ont deman­dé à l’Organisation mon­diale de la Santé (OMS) d’ admettre cette possibilité.

Selon une étude, les micro­gout­te­lettes micro­sco­piques d’une per­sonne malade pour­raient être trans­por­tées par l’air.

« Nous appe­lons la com­mu­nau­té médi­cale et les orga­nismes natio­naux et inter­na­tio­naux com­pé­tents à recon­naître le poten­tiel de trans­mis­sion aérienne du Covid-19″, écrivent dans la revue à lire ici en anglais Clinical Infectious Diseases d’Oxford deux scien­ti­fiques, Lidia Morawska de l’u­ni­ver­si­té de Queensland et Donald Milton de l’u­ni­ver­si­té du Maryland, dans un article signé par 237 autres experts. “Il existe un poten­tiel impor­tant de risque d’in­ha­la­tion de virus conte­nus dans des gout­te­lettes res­pi­ra­toires micro­sco­piques à des dis­tances courtes et moyennes (jus­qu’à plu­sieurs mètres, de l’ordre de l’é­chelle d’une pièce), et nous prô­nons le recours à des mesures pré­ven­tives pour empê­cher cette voie de trans­mis­sion aérienne”, pour­suivent-ils.

L’OMS ne dirait pas le contraire

Selon Julien Tang, l’un des scien­ti­fiques estime que l’OMS n’a pas contre­dit cette idée de pro­pa­ga­tion par l’air. Il explique à l’AFP : « L’absence de preuve n’est pas une preuve d’ab­sence. La trans­mis­sion par l’air de SARS-CoV‑2 n’est pas uni­ver­sel­le­ment accep­tée. Mais notre opi­nion col­lec­tive est qu’il existe bien assez d’élé­ments pro­bants pour appli­quer le prin­cipe de pré­cau­tion », selon ces scientifiques.

Les signa­taires de cette thèse conseillent à la popu­la­tion de bien ven­ti­ler les lieux de vie. Au tra­vail, dans les écoles, dans les hôpi­taux et dans les mai­sons de retraite. Les 239 scien­ti­fiques indiquent qu’il fau­drait ins­tal­ler « des outils contre les infec­tions tels que des filtres à air ». 

Les autres infos