Selon une étude Ifop, dans la Loire, beaucoup refusent les arrêts de maladie



Dans certaines professions, les malades refusent les arrêts de maladies que leur proposent les médecins. C’est très marquant dans les professions libérales, les commerçants, mais aussi les salariés en CDD, à l’essai ou en stage.

On retrouve aussi ce refus chez les infirmières, les aides-soignantes. Pour les médecins, il est préférable de prendre quand même quelques jours de repos. « Deux à trois jours » plutôt que de continuer à travailler. Car au bout de quelques jours, il faut revoir le traitement et la maladie peut s’aggraver « et là il faudra donc prendre un arrêt de travail plus long ».

Cela parait logique mais certains l’oublient trop vite. L’an dernier, un arrêt de travail sur cinq n’a pas été pris.